Infrastructure et développement communautaire > IXP > Exemples de réussite des points d’échange Internet

Exemples de réussite des points d’échange Internet

Découvrez comment les IXP contribuent à rendre l’Internet plus rapide et plus abordable dans le monde entier.

Guatemala

L’IXP.GT a démarré en novembre 2019 avec trois participants. Un peu plus d’un an plus tard, ce nombre était passé à 10, principalement des fournisseurs de services Internet, plus un réseau universitaire. « L’IXP est la meilleure chose qui nous soit arrivée en 2020 ! », déclare Ariel Tello, ingénieur et chef de projet chez Señal Nacional, un fournisseur de câble et d’Internet. Depuis leur connexion en août, ils ont doublé la bande passante moyenne qui passe par l’IXP.

Macédoine

Lorsque le COVID-19 a frappé la Macédoine, il a exercé une pression sans précédent sur l’écosystème Internet du pays. Alors que la consommation de données augmentait, les FAI qui n’avaient jamais fonctionné au-delà de 80 % de leur capacité étaient presque à saturation. Le point d’échange Internet local IXP.mk est devenu essentiel en maintenant le trafic local, garantissant ainsi un Internet plus résilient et plus abordable. Vladislav Bidikov, responsable du projet IXP.mk, estime qu’il s’agit d’un parfait exemple de la manière dont le travail en collaboration peut contribuer à la construction et à l’entretien des réseaux.

Pakistan

Frustrés par la mauvaise qualité de service et le coût élevé de la connectivité, les acteurs locaux de l’Internet ont collaboré pour créer l’IXP du Pakistan. Ils ont lancé le premier échange à Islamabad en 2016. Ils ont lancé l’échange de Karachi trois ans plus tard. L’Internet Society a apporté son soutien en donnant des équipements essentiels, en aidant à former des centaines d’experts locaux et en renforçant les réseaux techniques locaux et régionaux de pratique. Leur travail montre à quel point des communautés fortes sont vitales pour un Internet fort.

Afrique du Sud

Lorsque le COVID-19 a frappé, de nombreux gouvernements ont imposé des fermetures temporaires ou complètes des systèmes éducatifs. En Afrique du Sud, le South African Broadband Education Networks est intervenu pour fournir une connectivité aux collèges d’enseignement et de formation techniques et professionnels. Avec le soutien du fournisseur de centres de données Teraco, ils ont également pu offrir un accès direct au réseau au plus grand point d’échange Internet d’Afrique, NAPAfrica. L’IXP a permis aux écoles d’héberger des contenus éducatifs et des cours en ligne, tout en facilitant la recherche.

Célébrer les accomplissements des IXP : Afrique

En 2010, l’Internet Society s’est associée à la communauté Internet africaine pour définir une vision ambitieuse : 80 % du trafic Internet en Afrique devrait être échangé localement, et seulement 20 % acheminé depuis l’extérieur du continent.

Ancrer et établir l’écosystème africain de l’Internet : Les leçons apprises au cours du développement des points d’échanges Internet du Kenya et du Nigeria, montre comment les IXP ont aidé le Kenya et le Nigeria à passer de 30 % à 70 % de trafic échangé localement en seulement huit ans. Ce rapport est un modèle qui montre comment d’autres pays d’Afrique peuvent obtenir un internet moins cher et plus rapide.

Droits d’auteur (l’image principale et « Célébrer les accomplissements des IXP : Afrique ») : © Internet Society / Nyani Quarmyne / Panos Pictures