Faire face à la tentative de contournement du cryptage par l’Europe Thumbnail
‹ Retour
Cryptage 9 juin 2021

Faire face à la tentative de contournement du cryptage par l’Europe

Fin 2020, alors que le Portugal se préparait à prendre la présidence tournante du Conseil de l’Union européenne (UE), le chapitre Portugal de l’Internet Society a commencé à intensifier son plaidoyer contre les nouveaux projets inquiétants de création de portes dérobées de cryptage.

Le Conseil de l’Union européenne, dans le cadre d’une résolution en novembre 2020, et la Commission européenne (CE), par un communiqué sur la lutte contre le terrorisme et une proposition de législation pour lutter contre les abus sexuels sur les enfants en décembre 2020, ont exprimé leur intention de réglementer la cryptographie dans les communications numériques. Ils se sont engagés à trouver des solutions pour permettre aux autorités un « accès légal » (c’est-à-dire des portes dérobées de cryptage) aux communications cryptées.

« Nous avons dû réagir à la position de la Commission car elle est horrifiante », déclare le président du chapitre portugais de l’Internet Society et professeur d’informatique José Legatheaux Martins.

Le cryptage est le processus qui consiste à brouiller ou à chiffrer des données afin qu’elles ne puissent être vues que par une personne disposant des moyens de les restaurer à leur forme initiale. Il est utilisé quotidiennement par des millions d’Européens et permet de sécuriser les informations lorsque les gens font des opérations bancaires, des achats ou utilisent des applications de messagerie. Selon José, cette législation aurait des conséquences dévastatrices sur la sécurité de chacun en ligne.

« Nous pensons qu’il serait honteux de proposer quelque chose comme ça, car l’impact sur les libertés des citoyens et sur la sécurité de l’Internet serait énorme. Donc, même en étant de simples volontaires, nous avons décidé que cette campagne était importante pour faire prendre conscience aux gens des dangers de cette situation. »

Rogerio Reis, membre du conseil d’administration du chapitre et professeur de cryptographie à l’université de Porto, a rédigé une prise de position du chapitre sur la question, qu’il a commencé à partager avec des journalistes, des membres du Parlement portugais et des membres du Parlement européen en janvier. Depuis lors, au moins quatre membres du Parlement européen ont utilisé les arguments du document de position pour rédiger des questions écrites à l’intention de la Commission du Parlement européen.

Le chapitre a également pris contact avec la Commission nationale des droits de l’homme du Portugal, qui lui a promis une audience future pour entendre ses positions sur les implications potentielles en matière de droits de l’homme.

M. Legatheaux Martins a également publié un article d’opinion et uneinterview dans les médias sur le sujet, mais a estimé que le chapitre devait attirer une attention plus large. Il a donc transformé le document en une lettre ouverte plus courte adressée et envoyée au Premier ministre du Portugal, en tant que président en exercice du Conseil de l’UE.

« Notre intention était de faire du bruit », explique M. Legatheaux Martins.

Le 1er avril, la lettre ouverte a été publiée dans le journal national le plus respecté du Portugal, Público, qui compte 80 000 lecteurs réguliers.

Il affirme qu’il « n’est pas raisonnable de s’attendre à ce qu’un tel affaiblissement volontaire du cryptage ne conduise pas à des violations de la sécurité… facilitant ainsi une augmentation des actions criminelles. Cela minerait considérablement la confiance du public… et pourrait avoir des conséquences désastreuses sur une économie fortement basée sur les transactions numériques. »

Elle fait valoir que cela « n’affectera que le citoyen ordinaire, sans réduire les pratiques criminelles… [affectant] le droit à la vie privée et au secret des communications (par exemple, avec les banques, les institutions financières, les conseillers juridiques)… au détriment de leurs libertés démocratiques ».

Ils ont également demandé à un certain nombre d’associations numériques portugaises de premier plan de cosigner la lettre ouverte, obtenant cinq alliés.

Le bureau du Premier ministre a, à ce jour, seulement accusé réception de la lettre ouverte.

« Il est difficile de mesurer l’impact de cette initiative, car ils [le Conseil, la Commission et le Parlement de l’UE] n’en sont qu’au début des discussions », explique M. Reis. « Ce sera plus efficace si la Commission parlementaire du Portugal nous invite à prendre la parole… où nous pourrons éventuellement influencer les membres du Parlement, et peut-être même le gouvernement, dans le cadre d’une réaction en chaîne. »

Pour attirer l’attention internationale, le chapitre a traduit la lettre en anglais et a contacté les chapitres suisse et néerlandais de l’Internet Society pour qu’ils l’éditent. Ils ont également envoyé un e-mail à tous les chapitres européens pour savoir s’ils étaient intéressés par une cosignature. Une douzaine d’entre eux l’ont fait.

« Nous sommes entièrement d’accord sur le fait que casser le cryptage ne fonctionnera pas et ne fera que mettre en danger des gens ordinaires comme nous », déclare Alexander Blom, président du chapitre néerlandais, ajoutant que les chapitres étaient impatients de signer et de travailler ensemble. « Je pense que c’est l’une des premières fois que nous, en tant que chapitres européens, travaillons ensemble dans un sens politique. Nous pensons que c’est une excellente occasion de mener une action dans un contexte européen et j’espère personnellement que ce sera la première d’une longue série. »

La version anglaise de la lettre ouverte a été publiée sur le site Web de l’Internet Society Portugal et sur les réseaux sociaux le 14 avril, recueillant plus de 1 000 pages vues – bien plus que la centaine habituelle.

Bien que M. Legatheaux Martins soit modeste au sujet de cette initiative, le personnel de l’Internet Society estime qu’elle est remarquable. « Au cours de mes années passées à l’Internet Society, je n’ai jamais vu un effort aussi coordonné, qui partait de rien », déclare Konstantinos Komaitis, directeur principal du développement des politiques et de la stratégie de l’Internet Society. « Nous avons joué un rôle de coordinateur, mais tout cela était le fruit de leur travail. … Il semble qu’un petit mouvement se prépare parmi les chapitres européens. »

Le chapitre du Portugal a également inspiré d’autres personnes à échanger des informations et à coopérer, et pas seulement en Europe. Le chapitre brésilien les a invités à prendre la parole lors d’un événement en ligne et souhaite également formuler des commentaires sur la consultation européenne sur le cryptage.


Image de Sonia Kuniakina via Unsplash

‹ Retour

Avertissement: Les points de vue exprimées dans cette publication appartiennent à l’auteur et peuvent ou non refléter les positions officielles de l’Internet Society.

Articles associés

Cryptage 27 avril 2021

Dystopie numérique : Comment les incitations à la création de portes dérobées au cryptage endommageraient l’Internet pour tout le monde

Un peu plus d’un an après le début de la pandémie de COVID-19, notre dépendance aux communications privées, sûres...

Cryptage 13 avril 2021

Ne créez pas de failles dans notre bouclier de sécurité numérique

Dans quelques jours à peine, l’Union européenne nous privera de la possibilité de donner notre avis sur une initiative...

Cryptage 30 mars 2021

Trop, c’est trop : Que se passe-t-il lorsque les forces de l’ordre contournent les lois pour accéder aux données ?

Matthias Pfau, cofondateur de Tutanota, explique comment une récente décision de justice constitue un signal d’alarme pour mettre fin...

Rejoignez la conversation avec les membres de Internet Society à travers le monde