Évitons d’institutionnaliser l’Internet Thumbnail
‹ Retour
Mode de fonctionnement du réseau Internet 18 décembre 2020

Évitons d’institutionnaliser l’Internet

Cette tribune a été publiée initialement par l’Institut international du développement durable.

Alors que les Nations unies fêtent leurs 75 ans, le secrétaire général Antonio Guterres a ouvert l’Assemblée générale en appelant à un nouveau pacte mondial pour garantir que les systèmes politiques et économiques fournissent les biens publics mondiaux essentiels. « Aujourd’hui, cela n’est tout simplement pas le cas », a-t-il déclaré. « Les structures de gouvernance et les cadres éthiques présentent d’énormes lacunes. Pour les combler, nous devons veiller à ce que le pouvoir, la richesse et les opportunités soient largement et équitablement partagés ».

Au sein de l’Internet Society, on ne peut qu’approuver. Toutefois, à quoi ressembleront ce « Nouvel accord mondial » et les structures de gouvernance en matière de coopération numérique qui en découleront ? Veillons à ce que la gestion traditionnelle et descendante de l’Internet ne soit pas la solution.

La pandémie de COVID-19 a souligné à quel point nous dépendons de l’Internet et de son modèle de gouvernance distribuée. L’Internet étant un réseau de réseaux, sa résilience est largement due à la planification, à l’action rapide et à la coopération de ses participants interconnectés.

Or, nous n’en sommes qu’au début du parcours, puisque seulement 51 % de la population mondiale est actuellement en mesure d’accéder à l’Internet. Pour mettre en ligne la moitié restante, non connectée, nous avons besoin d’une action coordonnée ascendante et collaborative.

S’il est vrai que la vie en ligne est la nouvelle norme pendant la pandémie, ce sont les opérateurs de réseaux locaux connaissant les besoins locaux qui feront la différence. Des solutions telles que les réseaux communautaires et les points d’échange Internet (IXP) peuvent contribuer à améliorer l’échange de trafic Internet local, à faire baisser les coûts de connectivité et à améliorer la qualité du service.

Comme l’a déclaré Andrew Sullivan, PDG de l’Internet Society, « l’Internet est une technologie profondément humaine ». Pour que les citoyens puissent profiter pleinement de cette opportunité, il est essentiel qu’ils soient impliqués dans un processus multipartite qui définira leurs conditions de vie. Dans le cadre de processus multilatéraux fermés, les décisions concernant l’avenir de l’humanité ne peuvent être prises sans que l’on s’y intéresse de près.

Lors du Forum sur la gouvernance de l’Internet (IGF) de 2019, António Guterres a prévenu que l’objectif d’un Internet accessible, libre, sécurisé et ouvert risquait de se fracturer selon trois axes qui se recoupent : la fracture numérique, la fracture sociale et la fracture politique. À cette fin, il a parlé de la nécessité d' »honorer » l’IGF et a annoncé qu’il nommerait bientôt un envoyé technologique pour aider à faire avancer les cadres internationaux. La chancelière allemande Angela Merkel avait alors souligné que le « multilatéralisme » (prise de décision dirigée par l’État) devait être la base de tout développement futur des nouvelles technologies.

De telles déclarations pourraient devenir source d’inquiétude si elles ne sont pas étoffées par des programmes de participation multipartite. Les gouvernements ne sont pas les seuls à devoir mener des discussions sur l’avenir de l’Internet. Une approche de la gouvernance de l’Internet centrée sur l’État serait préjudiciable à la sauvegarde d’un Internet ouvert, digne de confiance et sûr pour tous.

Le maintien d’une approche multipartite permettra de maintenir divers acteurs à la table des négociations et de les mobiliser pour créer l’Internet que nous voulons plutôt que celui que nous craignons. Plutôt que d’institutionnaliser la gouvernance de l’Internet, nous devons faire tout le contraire.

En tant que réseau de réseaux volontairement connectés, l’Internet a changé le cours de l’histoire parce que les gens ont accepté de travailler et d’innover ensemble. C’est ce que nous appelons l’Internet Way of Networking. Cette réalisation est une source d’inspiration profonde. Pour que la mission de l’ONU reste pertinente, les pays doivent s’engager à protéger les fondements de l’Internet et à le maintenir ouvert à tous.

Notre appel est donc le suivant : Évitons d’institutionnaliser l’Internet. Cela freinerait l’innovation et diminuerait sa résilience. Nous avons besoin d’un Internet fort, ouvert, connecté au niveau mondial, fiable et sûr pour qu’il demeure l’incroyable ressource qu’il est aujourd’hui. Nous avons également besoin qu’il se développe, en garantissant un accès pour tous, afin qu’il puisse continuer à évoluer en tant que force d’innovation pour le bien.


Image de Matthew TenBruggencate via Unsplash

‹ Retour

Avertissement: Les points de vue exprimées dans cette publication appartiennent à l’auteur et peuvent ou non refléter les positions officielles de l’Internet Society.

Articles associés

Penser l'avenir : Augusto Mathurin sur les divisions numériques
Penser l'avenir : Augusto Mathurin sur les divisions numériques
Façonner l'avenir d'Internet30 avril 2018

Penser l’avenir : Augusto Mathurin sur les divisions numériques

En 2017, l’Internet Society a dévoilé le Rapport mondial sur Internet 2017 (2017 Global Internet Report: Paths to Our Digital...

La quatrième édition annuelle de l'inSIG renforce la capacité de l'Inde à façonner l'avenir de l'Internet
La quatrième édition annuelle de l'inSIG renforce la capacité de l'Inde à façonner l'avenir de l'Internet
Événements3 janvier 2020

La quatrième édition annuelle de l’inSIG renforce la capacité de l’Inde à façonner l’avenir de l’Internet

Du 15 au 17 novembre 2019, la quatrième India School on Internet Governance (inSIG2019) s'est tenue à Kolkata, élargissant ainsi...

Contribution au groupe de travail sur la réforme de la gouvernance de l'Internet Society
Qui sommes nous18 novembre 2020

Contribution au groupe de travail sur la réforme de la gouvernance de l’Internet Society

[Publié au nom du conseil d'administration de l'Internet Society] Comme nous l'avons annoncé il y a peu, le conseil d'administration...

Rejoignez la conversation avec les membres de Internet Society à travers le monde