Faire un don
En tête du peloton : comment les efforts de formation de l’Internet Society contribuent à améliorer les compétences des futurs défenseurs du numérique en Afrique Thumbnail
‹ Retour
Développer l'infrastructure et les communautés techniques 24 novembre 2020

En tête du peloton : comment les efforts de formation de l’Internet Society contribuent à améliorer les compétences des futurs défenseurs du numérique en Afrique

Kevin Chege
Par Kevin ChegeDirector, Internet Development

Les compétences techniques sont importantes pour la transformation numérique en Afrique. Pour concrétiser cette transformation, l’Internet Society soutient le développement de compétences numériques professionnelles auprès des talents locaux.

D’ici 2030, plus de 230 millions d’emplois en Afrique subsaharienne nécessiteront des compétences numériques. Alors que la quatrième révolution industrielle se dessine, nous contribuons à la création d’une communauté de défenseurs du numérique en Afrique qui combleront le manque de compétences sur le continent.

Les gouvernements africains comptent déjà beaucoup sur les contributions que les technologies numériques apporteront à cette transformation. Par exemple, dans le cadre de sa stratégie de transformation numérique (2020-2030), l’Union africaine souhaite créer un « marché unique numérique » pour le continent, tandis que les gouvernements nationaux adoptent de plus en plus la numérisation dans plusieurs secteurs de leur économie.

Mais le continent a besoin des compétences adéquates pour mener à bien son ambitieux programme économique. Bien que de plus en plus d’apprenants s’intéressent aux matières STIM (sciences, technologies, ingénierie et mathématiques), les programmes scolaires en Afrique se concentrent principalement sur l’apprentissage théorique et s’intéressent peu aux matières numériques. C’est l’une des principales raisons pour lesquelles il existe un déficit de compétences pour les emplois qui exigent des aptitudes numériques.

Pour contribuer à changer positivement cette situation, l’Internet Society a mis au point le cours Introduction à l’exploitation des réseaux, qui permet aux ingénieurs africains débutants et de niveau intermédiaire d’acquérir les compétences techniques essentielles dont ils ont besoin pour concevoir, déployer et gérer l’Internet africain en constante évolution.

Depuis 2015, plus de 4 000 ingénieurs ont été formés dans le cadre d’un cours structuré qui leur permet d’acquérir des connaissances théoriques et pratiques sur les services Internet et les réseaux.

Au départ, le cours n’était proposé qu’en anglais. Mais la demande croissante pour le cours dans un plus grand nombre de langues en Afrique a conduit l’Internet Society à traduire son contenu en français. Cette croissance de la demande a également contribué à la décision de l’Internet Society de mettre en œuvre un format de « formation des formateurs » grâce auquel nous avons sélectionné un ensemble d’anciens stagiaires dynamiques et passionnés pour nous aider à dispenser ce cours et à accroître sa capacité à contribuer au développement de compétences numériques professionnelles.

Actuellement, il y a 16 tuteurs spécialisés dans l’exploitation des réseaux en Afrique qui ont activement dirigé des cours de formation en anglais et en français depuis 2015. Ils sont les défenseurs du numérique de l’Internet Society et aident leurs homologues à acquérir les compétences et les connaissances dont ceux-ci ont besoin pour contribuer efficacement à l’exploitation du réseau dans leur pays.

Voici les parcours de cinq des tuteurs de cours en ligne en exploitation de réseau qui ont animé des formations en anglais et en français au cours de l’année 2020 :

P atrick K ouobou, Cameroun

Patrick Kouobou est un architecte de l’infrastructure des technologies de l’information au Cameroun. Il travaille pour l’un des plus grands fournisseurs d’accès à Internet du pays, Orange Cameroun. Au sein du chapitre camerounais de l’Internet Society, il est vice-président chargé des questions techniques. Il est membre du Groupe des opérateurs de réseau du Cameroun, un groupe de professionnels et de passionnés de réseaux Internet qui partagent leurs connaissances, leurs expériences et leurs meilleures pratiques en matière d’exploitation des réseaux de protocole Internet. Patrick se consacre depuis 2016 à la formation sur l’exploitation des réseaux soutenue par l’Internet Society. Selon Patrick, le plus de ce cours c’est de former la prochaine génération d’ingénieurs de réseau et de les voir utiliser leurs compétences pour évoluer dans leur domaine. Patrick dispense les formations en français.

Eva Yedidja, Côte d’Ivoire

Précédemment formée par Patrick, Eva est une autre stagiaire qui est devenue formatrice francophone en 2018. Eva est membre de l’équipe d’assistance informatique d’un projet visant à numériser tous les services gouvernementaux en Côte d’Ivoire (eGOV), mené par la Société nationale de développement informatique (SNDI), l’agence nationale de développement des TIC du pays.

Elle est également la présidente du Forum de la jeunesse sur la gouvernance de l’Internet (IGF) en Côte d’Ivoire, un forum établi dans le cadre de l’IGF national en Côte d’Ivoire en 2020 visant à créer une plateforme multipartite pour une discussion ouverte et inclusive sur les questions de gouvernance de l’Internet. Eva est passionnée par la gouvernance de l’Internet. En tant que militante pour une gouvernance inclusive de l’Internet, elle fait campagne pour que davantage de femmes travaillent dans le domaine de la technologie. En 2020, elle a rejoint le programme Global Volunteer Training 2020 de l’Internet Society. En tant que formatrice en exploitation de réseaux, elle est fière de voir les apprenants acquérir de nouvelles compétences et s’impliquer directement dans le développement de l’Internet dans leur pays.

Seun Ojedeji, Nigéria

Seun Ojedeji est un ingénieur réseau bénéficiant d’une bourse d’ingénierie Internet de la Fondation Mozilla. Seun travaille sur un projet qui vise à établir la connectivité au sein des institutions de l’État d’Ekiti, au Nigéria. Il est titulaire d’un diplôme en informatique de l’université d’Ilorin, au Nigéria. Au cours de sa carrière, il a suivi un certain nombre de certifications professionnelles proposées par Cisco, Juniper, Linux-certs, Moodle et Microsoft. Il est l’un des premiers formateurs de la formation en exploitation de réseaux de l’Internet Society. Il a depuis élargi son portfolio pour former des étudiants de différents horizons et continents.

Bukola Oronti, Nigéria

Bukola Oronti, Nigéria Bukola Oronti est administratrice de réseau au sein du département des services informatiques et médiatiques de l’université d’Ibadan. Ancienne stagiaire en 2015, Bukola est une formatrice qui souhaite voir plus de femmes participer avec succès au cours en ligne. Pendant la formation, elle interagit avec les stagiaires sur les plateformes des réseaux sociaux et les encourage à approfondir leurs connaissances. Cette technique lui a permis d’établir un lien personnel avec les stagiaires et de les soutenir davantage.

Ismail Settenda, Ouganda

Ismail est administrateur réseau en chef et maître de conférences à l’université islamique d’Ouganda. Avant de se lancer dans l’enseignement, Ismail a d’abord travaillé pour des fournisseurs d’accès à Internet en Tanzanie. Pendant son séjour en Tanzanie, il a soutenu des projets axés sur le lancement et le déploiement de points d’échange Internet dans le pays. En outre, en tant que précurseur en matière de formation, Ismail a appris à dispenser cette formation sur l’exploitation des réseaux lors de sessions présentielles avant de l’adapter pour la dispenser en ligne. Selon Ismail, la formation améliore les moyens de subsistance des stagiaires car elle leur permet d’acquérir des compétences qui leur permettent d’être de meilleurs professionnels.

En 2020, le cours Introduction à l’exploitation des réseaux a atteint de nouveaux publics. Le réseau national de recherche et d’éducation du Mozambique (MoRENet) ainsi que le groupe des opérateurs de réseau de Somalie utilisent ce cours pour former leurs communautés respectives. Cela portera à près de 700 le nombre total de stagiaires en 2020, en anglais et en français, en Afrique auquel s’ajoutent 200 autres stagiaires dans la région Asie-Pacifique. Nous travaillons actuellement à l’amélioration du cours afin de mieux répondre aux besoins des professionnels de l’Internet. En 2021, un cours perfectionné sera disponible pour la communauté mondiale de l’Internet.

Rejoignez votre chapitre local de l’Internet Society ou devenez membre de l’Internet Society pour recevoir plus de mises à jour sur ces cours et d’autres possibilités. Visitez www.internetsociety.org/learning ou envoyez un e-mail à [email protected] pour en savoir plus.


Image de NESA by Makers via Unsplash

‹ Retour

Avertissement: Les points de vue exprimées dans cette publication appartiennent à l’auteur et peuvent ou non refléter les positions officielles de l’Internet Society.

Articles associés

Technologies émergentes: combler le fossé numérique en Afrique
Technologies émergentes: combler le fossé numérique en Afrique
Développer l'Internet3 janvier 2019

Technologies émergentes: combler le fossé numérique en Afrique

L'enthousiasme suscité par le rôle de la technologie dans la contribution au changement social et à l'amélioration des résultats du...

Partenariats pour relier le monde
Partenariats pour relier le monde
Développer l'Internet10 octobre 2017

Partenariats pour relier le monde

Aujourd'hui, le Secrétaire général de l'Union internationale des télécommunications, Houlin Zhao, a ouvert la Conférence mondiale sur le développement de...

L'Internet Society et la Commission de l'Union africaine lancent des lignes directrices sur la protection des données personnelles en Afrique
L'Internet Society et la Commission de l'Union africaine lancent des lignes directrices sur la protection des données personnelles en Afrique
Confidentialité8 mai 2018

L’Internet Society et la Commission de l’Union africaine lancent des lignes directrices sur la protection des données personnelles en Afrique

L'Internet Society et la Commission de l'Union africaine (CUA) ont lancé aujourd'hui Personal Data Protection Guidelines for Africa pour l'Afrique («les...

Rejoignez la conversation avec les membres de Internet Society à travers le monde