Notes de Madagascar : Ce que c’est que d’être affecté par la fracture numérique Thumbnail
‹ Retour
L'avenir d'Internet 2 décembre 2021

Notes de Madagascar : Ce que c’est que d’être affecté par la fracture numérique

Harimino Rakotondrainibe est une ingénieure en télécommunications de Madagascar, membre du conseil d’administration du chapitre malgache de l’Internet Society et ambassadrice jeunesse de l’Internet Society au Forum sur la gouvernance de l’Internet 2021, qui se déroule du 6 au 10 décembre 2021. Elle nous parle ici de la «course d’obstacles» que représente la connexion à l’Internet dans son pays.

Comment un pays où les vitesses d’accès à l’internet sont élevées et les prix relativement bas peut-il être touché par la fracture numérique ?

Je viens de Madagascar, une île proche de l’Afrique connue pour ses magnifiques paysages. Elle possède également l’un des débits Internet haut débit les plus rapides d’Afrique, avec une moyenne de 38,08 Mops, à l’un des coûts les plus bas, un prix moyen de 2,60 USD pour les données mobiles au niveau local. Cool, non ?

Malheureusement, la somme de 2,60 USD n’est pas abordable. Pour beaucoup, c’est le prix de plusieurs jours de nourriture ou d’une semaine de transport. Il y a cinq ans, lorsque j’étais étudiant à l’université, 1 Go coûtait environ 7 USD et mon budget hebdomadaire était d’environ 10 USD. Comme j’avais besoin d’un accès à l’internet, je devais manger moins pour pouvoir me le permettre. L’alternative était de traîner mon ordinateur portable – qui ne fonctionnait que 45 minutes avec une batterie – jusqu’au point d’accès gratuit le plus proche pour me connecter. Comme il y avait beaucoup de gens qui se connectaient à ces points d’accès pendant la journée, la vitesse de l’Internet était très lente, ce qui signifie que je devais le faire à l’extérieur et la nuit.

Même lorsque je pouvais trouver l’argent pour 1 Go, cela ne durait pas longtemps. D’un point de vue local, où le salaire minimum moyen à Madagascar est de 50 dollars par mois et où un étudiant qui vient d’obtenir son diplôme peut gagner jusqu’à 200 dollars, la somme de 2,60 dollars pour des données mobiles n’est pas abordable. Même le prix des appareils est hors de portée pour beaucoup. Le prix moyen par mois pour le haut débit est de 65 $ sans le coût de l’installation, ce qui le rend hors de portée pour une personne lambda.

Le manque d’alphabétisation numérique à Madagascar est également un problème. Certaines personnes peuvent se permettre de payer 5 dollars ou plus pour se connecter. Malheureusement, ces personnes ne savent pas toujours ce qu’est l’internet. Pour beaucoup, l’Internet, c’est Facebook. (Oui, Facebook, et même pas la gamme des autres médias sociaux existants). Il existe un énorme fossé en termes de compétences et de compréhension pour une grande partie de la population.

Mais même lorsque vous avez à la fois l’argent et les compétences nécessaires pour utiliser pleinement Internet, la connectivité peut toujours poser problème. Par exemple, là où j’habite, tout le monde sait qu’il est impossible de passer un appel Zoom entre 18 et 22 heures. Parce que la connectivité est si mauvaise, la vidéo et l’audio sont impossibles. C’est tellement mauvais qu’il est souvent impossible d’ouvrir une page Web pendant ces heures de pointe. Lorsque Mark Zuckerberg a récemment annoncé la création de Meta, j’ai décidé d’écrire un billet sur LinkedIn à ce sujet. Mais ma connectivité était si mauvaise que le message n’a jamais vu le jour.

Être connecté à Madagascar est un véritable parcours du combattant. C’est sûrement la raison pour laquelle notre taux de pénétration d’Internet restel’un des plus faibles au monde, avec seulement 15%.

Après avoir travaillé dans l’écosystème Internet ici à Madagascar (pour un fournisseur d’accès Internet, un réseau national de recherche et d’éducation, et un point d’échange Internet), je pense qu’il existe de nombreuses opportunités pour réduire la fracture numérique du pays.

Oui, il y a de l’espoir quand je regarde ce que de nombreuses organisations de la société civile et organisations techniques font en matière de renforcement des capacités pour améliorer les compétences de nombreux jeunes. Je vois aussi des gens qui sensibilisent les autres par le biais du plaidoyer pour réduire le coût de l’Internet, notamment par le biais d’organisations comme l’Internet Society et mon chapitre local, qui a organisé de nombreux événements depuis 2018.

Nous avons besoin de l’implication et de l’ouverture du gouvernement et du secteur privé pour réduire la fracture numérique à Madagascar. Notre avenir dépend d’eux.

L’avenir de l’internet est entre vos mains. Rejoignez nos programmes pour obtenir les outils dont vous avez besoin pour réussir

‹ Retour

Avertissement: Les points de vue exprimées dans cette publication appartiennent à l’auteur et peuvent ou non refléter les positions officielles de l’Internet Society.

Articles associés

Qui sommes nous 22 avril 2021

Rendre l’Internet plus vert : cinq questions à Chomora Mikeka

C’est aujourd’hui la Journée de la Terre, un événement international célébré dans le monde entier dans le but de...

Événements 3 janvier 2020

La quatrième édition annuelle de l’inSIG renforce la capacité de l’Inde à façonner l’avenir de l’Internet

Du 15 au 17 novembre 2019, la quatrième India School on Internet Governance (inSIG2019) s’est tenue à Kolkata, élargissant...

L'avenir d'Internet 25 septembre 2019

Encourager l’émergence de plusieurs autres Greta : cuvée 2019 du programme d’ambassadeurs FGI

Lorsque la jeune militante écologiste suédoise Greta Thunberg, âgée de 16 ans, a fait son irruption sur la scène...

Rejoignez la conversation avec les membres de Internet Society à travers le monde