Mesurer le succès des IXP en Afrique du Sud pour atteindre l’objectif 80/20 Thumbnail
‹ Retour
Développer l'Internet 30 juillet 2021

Mesurer le succès des IXP en Afrique du Sud pour atteindre l’objectif 80/20

Israel Nyoh
Par Israel NyohCommunications and Outreach Manager - Africa

NAPAfrica veut rendre l’Internet plus accessible à travers l’Afrique. Lancé il y a 12 ans, il s’est énormément développé depuis, jouant un rôle central dans l’accès à Internet en Afrique et fournissant des services de qualité. Rien qu’au cours de l’année dernière, NAPAfrica a doublé son trafic, qui atteint désormais 2 Tbps.m

Situé dans les centres de données de Teraco en Afrique du Sud, NAPAfrica est le plus grand point d’échange Internet(IXP) neutre d’Afrique. Il offre un accès direct à 500 réseaux uniques desservant plus de 20 pays dans la région de l’Afrique australe. L’échange de trafic à NAPAfrica est entièrement gratuit : il n’y a pas de frais de connexion croisée, d’adhésion ou de port.

Le point d’échange Internet offre un moyen de soutenir les plateformes d’interconnexion ouvertes et a effectivement fait reculer les obstacles à l’entrée sur un marché libre.

En Afrique, une trop grande partie du trafic Internet doit parcourir de trop longues distances. Un e-mail adressé à votre voisin doit parfois traverser plusieurs pays ou continents avant d’arriver. Les points d’échange Internet acheminent le trafic au niveau local plutôt qu’international. Ils contribuent à rendre l’Internet plus rapide, moins cher et meilleur.

« Au début, nous avions trois clients dans notre centre de données », explique Andrew Owens, responsable de l’interconnexion et de l’appairage chez Teraco. « L’idée de pouvoir s’interconnecter facilement quand on n’a que trois clients… [il] est un peu difficile pour mettre en avant les avantages »

NAPAfrica joue désormais un rôle de premier plan dans l’établissement d’interconnexions au sein de l’échange. En s’inspirant de centres de données similaires en Europe et en Amérique, Teraco a reconnu le potentiel de l’interconnexion et les avantages que le marché pourrait tirer d’un échange au sein d’un centre de données.

Qui peut prétendre à l’interconnexion ?

La règle la plus élémentaire pour se connecter à un IXP est d’avoir des ressources publiques de protocole Internet (IP), à savoir un numéro de système autonome (ASN) et un espace d’adresse IP provenant d’un registre Internet, annoncés à travers l’IXP. L’échange n’est pas limité à un type de client. « Si vous avez un réseau, vous pouvez vous connecter à un IXP », déclare Owens.

NAPAfrica aide les entreprises à obtenir leurs propres ressources IP et à s’interconnecter avec d’autres au IXP. En tant que plaque tournante majeure, NAPAfrica interconnecte plus de 480 réseaux d’Afrique du Sud, des pays voisins du continent et d’ailleurs.

« D’après notre expérience, les échanges sont toujours favorables à l’écosystème et au marché. Convaincus comme nous l’étions à l’époque, nous avons décidé d’adopter une approche axée sur le principe suivant : « Si vous le développez, d’autres viendront », explique M. Owens. Ainsi, en 2011, NAPAfrica a commencé à poursuivre cet objectif, avec un plan de lancement en 2012.

Mesurer le succès

Si vous disposez d’une communauté Internet bien établie, il est plus facile de créer un IXP, d’encourager son utilisation et de fournir un mode d’interaction aux gens. Cela devient un moyen efficace de partager les connaissances et les compétences, explique M. Owens.

Le fait de savoir que NAPAfrica était soutenu par la communauté et que la réaction des fournisseurs de services Internet (FSI) de toute l’Afrique serait positive a été déterminant pour le succès du IXP. La communauté Internet mondiale s’est également ralliée à NAPAfrica, contribuant à apporter des services sur le continent.

NAPAfrica est désormais un acteur important de cette communauté Internet mondiale.

« Nous avons consacré du temps à faire partie de cette communauté. Il a été difficile d’amener les réseaux de diffusion de contenu (CDN) à investir en Afrique, car il y avait des défis juridiques et commerciaux à relever », explique M. Owens. En Afrique du Sud, dit-il, il était plus facile de faire des affaires en raison du régime de licences.

Bien que nouveaux en Afrique du Sud, ces réseaux avaient besoin d’un lieu pour s’interconnecter les uns aux autres. L’internet repose sur « les clients de contenu et de globe oculaire », et NAPAfrica a réussi à s’imposer auprès des FAI et des fournisseurs de contenu. Elle s’est ensuite adressée à la communauté mondiale pour apporter davantage de contenu en Afrique du Sud.

Lorsque les fournisseurs de services en nuage Amazon, Microsoft et Google ont commencé à investir dans des infrastructures en Afrique du Sud, NAPAfrica a fourni aux réseaux mondiaux de diffusion de contenu et aux fournisseurs de sécurité une plateforme qu’ils pouvaient utiliser pour lancer leurs services dans le pays. Ces derniers ont été en mesure de le faire sans avoir à construire de nouvelles infrastructures ou à mettre en place des éléments physiques, ce qui peut s’avérer difficile pour les réseaux lors de la création d’un dossier commercial.

Aujourd’hui, grâce à la présence de fournisseurs de services en nuage en Afrique du Sud et à l’échange de trafic par l’intermédiaire d’un IXP, une grande partie du contenu peut facilement être fournie localement, explique M. Owens. Comme tout est si proche, et compte tenu du fait que NAPAfrica ne facture pas de frais de port, de frais de connexion croisée ou de frais d’adhésion, si l’on peut accéder à l’échange, cela ne coûte rien. En fait, un certain nombre de fournisseurs de services Internet qui utilisent NAPAfrica constatent que jusqu’à 80 % du trafic utilisateur passe par le chemin IXP, ce qui se traduit par des économies de 80 % sur la capacité Internet internationale.

Une communauté de connecteurs

Andrew Owens, responsable de l’interconnexion et de l’appairage chez Teraco, pense que le Forum d’interconnexion de l’appairage africain (AfPIF) a été bénéfique pour le continent. « Ce que nous voyons à l’AfPIF, c’est la communauté mondiale qui vient en Afrique. L’Afrique dispose d’un réseau d’opérateurs intéressés par l’appairage, par l’arrivée de contenu et du nuage dans leur pays, et désormais, ce n’est plus l’Afrique qui doit prendre les devants et engager ce genre de conversations avec le reste du monde », explique-t-il.

« Les possibilités de services Internet sont tellement nombreuses en Afrique. L’AfPIF est un lieu où les communautés d’appairage régionales et mondiales peuvent discuter. La réussite est énorme et c’est en grande partie grâce à l’AFPIF que les choses se concrétisent. »

NAPAfrica et l’objectif 80/20

En 2010, la communauté Internet africaine s’est unie pour soutenir l’ambitieuse initiative 80/20. Elle s’est fixé pour objectif d’échanger localement 80 % du trafic Internet consommé en Afrique, et de n’en acheminer que 20 % depuis l’extérieur du continent.

Lorsque M. Owens a découvert le t-shirt 80/20 lors d’une réunion de l’AfPIF, l’objectif lui a semblé déraisonnable. « [Quand] nous l’avions envisagé à l’époque, je ne savais pas si c’était nécessaire ou possible, mais les choses ont bien changé au fil des ans », dit-il.

L’Afrique du Sud est le seul pays africain à avoir atteint l’objectif de 80 % de trafic localisé, avec plus de 50 réseaux connectés.

M. Owens attribue le succès de l’Afrique du Sud au démarrage innovant de l’opération. Grâce à la mise en place d’un grand nombre de fibres optiques, de puissants fournisseurs d’accès sans fil sont apparus et ont travaillé d’arrache-pied pour amener l’internet à la population. Les réseaux de contenu leur ont facilité la tâche, ajoute-t-il.

La concrétisation de cet objectif a demandé des efforts considérables. « Il a fallu faire preuve d’un grand engagement communautaire, s’asseoir avec des réseaux entreprenants et leur expliquer ce qu’est l’appairage », explique M. Owens.

Avec une infrastructure plus résiliente et un accès à l’internet plus rapide, moins cher et de meilleure qualité, on peut dire que le travail acharné a porté ses fruits.

La création d’un IXP performant n’est pas un simple travail d’ingénieur. Il faut du temps et de la volonté pour développer la confiance, une compréhension commune et des accords mutuels dans les communautés locales. Rejoignez-nous et contribuez à la croissance de l’Internet !

Image de Jacques Nel via Unsplash

‹ Retour

Avertissement: Les points de vue exprimées dans cette publication appartiennent à l’auteur et peuvent ou non refléter les positions officielles de l’Internet Society.

Articles associés

Développer l'Internet 15 juin 2021

Stratégies réussies pour la création et la croissance des IXP

Comment le peering a-t-il évolué en Asie-Pacifique pour permettre aux gens de bénéficier d'une connectivité plus rapide, abordable et...

Développer l'infrastructure et les communautés techniques 10 juin 2021

Soutenir les IXP en Asie-Pacifique : Nouveau partenariat avec l’Asia Pacific Internet Exchange Association

L'Internet Society et l'Asia Pacific Internet Exchange Association (APIX) s'engagent à travailler ensemble pour soutenir les communautés qui construisent...

Développer l'Internet 3 juin 2021

Coup de projecteur sur le Kenya Education Network, un défenseur de la communauté de peering en Afrique

Le Kenya Education Network (KENET) soutient les communautés qui développent l’infrastructure Internet au Kenya. En collaboration avec l’Internet Society,...

Rejoignez la conversation avec les membres de Internet Society à travers le monde