Quatre nouveaux IXP prennent leur envol en Amérique centrale et dans les Caraïbes Thumbnail
‹ Retour
Développer l'infrastructure et les communautés techniques 3 juin 2021

Quatre nouveaux IXP prennent leur envol en Amérique centrale et dans les Caraïbes

Israel Rosas
Par Israel RosasSenior Regional Development Manager

Selon la base de données mondiale des IXP, en janvier 2021, sur les 630 points d’échange Internet (IXP) enregistrés, 229 se trouvent en Europe, 126 en Amérique du Nord, 140 en Asie-Pacifique, 96 en Amérique latine et dans les Caraïbes (ALC) et 39 en Afrique. Bien que la région ALC soit l’avant-dernière de la liste, on constate une forte expansion des IXP ces dernières années. En 2016, il n’y en avait que 60.

Fin 2019 et tout au long de 2020, quatre nouveaux IXP ont rejoint l’Association des points d’échange de trafic d’Amérique latine et des Caraïbes (LAC-IX). Parmi eux figurent IXP.GT (Guatemala), IXSY (Yucatán, Mexique), IX.DO (République dominicaine) et IXSal (El Salvador). Ils sont le fruit du travail conjoint et soutenu de l’Internet Society, de LACNIC et de LAC-IX dans le cadre d’un accord de collaboration visant à renforcer l’infrastructure Internet dans la région.

Guatemala

Parmi les quatre nouveaux, le plus évolué est l’IXP.GT au Guatemala, qui a commencé à échanger du trafic en novembre 2019. Ses 10 organisations participantes dépassent déjà 4 gigaoctets par seconde (Go/s) de trafic en moyenne.

« Avant l’IXP, il fallait 30 à 40 millisecondes pour recevoir du contenu, tandis qu’il faut 2 millisecondes ou moins maintenant », explique Marco Antonio To, ingénieur, professeur et président d’IXP.GT. « Avec une latence plus faible, l’utilisateur a l’impression que l’Internet fonctionne mieux ».

Parmi ses participants on retrouve, Señal Nacional, le fournisseur classé troisième pour les connexions Internet résidentielles au Guatemala : « L’IXP est la meilleure chose qui nous soit arrivée en 2020 ! Depuis que nous nous sommes connectés à l’IXP.GT en août, nous avons doublé [ou triplé] la bande passante moyenne qui passe par l’IXP », déclare Ariel Tello, ingénieur et chef de projet.

Selon lui, ce qui a incité son fournisseur d’accès à rejoindre le réseau, c’est la connexion au Google Global Cache, qui lui permet de stocker localement des copies de vidéos YouTube et d’applications PlayStore, libérant ainsi le transit international et améliorant les performances. Il affirme que cela lui a permis d’économiser au moins 15 % sur sa facture aux fournisseurs d’accès Internet internationaux, ce qui lui a permis d’améliorer ses prix et sa capacité. En juillet, un client disposant d’un plan de téléchargement mensuel de 1 Mo/s payait 149 quetzales (19 USD). Aujourd’hui, il paie ce prix pour un débit triple (3 Mo/s).

Un nœud Facebook est en cours d’installation, le premier point de présence (POP) en Amérique centrale, et, avec l’aide de LAC-IX, des connexions sont négociées avec Cloudflare, Akamai, Netflix et d’autres réseaux de diffusion de contenu (CDN). Les POP impliquent que deux ou plusieurs réseaux ou dispositifs de communication partagent une connexion.

M. Tello ajoute que si les coûts baissent encore, ces économies permettront à son fournisseur d’accès d’investir dans l’expansion à d’autres endroits dépourvus d’accès à Internet.

L’IXP.GT offre également une plus grande sécurité en permettant aux données sensibles de rester dans le pays. Bien que les deux plus grands opérateurs de téléphonie mobile n’aient pas encore rejoint le réseau, M. To espère que cela changera sous la pression des banques, qui prévoient d’exiger que leurs fournisseurs le rejoignent.

Mexique

Bien qu’il soit le deuxième pays le plus peuplé d’Amérique latine, le Mexique ne comptait, fin 2019, qu’un seul IXP établi – CITI, sur trois sites (Mexico, Querétaro et Tultitlán). À titre de comparaison, l’Argentine et le Brésil en comptaient plus de 30 chacun. Dans le sud-est du Mexique, qui présente les taux de pauvreté les plus élevés et les niveaux de connectivité les plus faibles du pays, il n’y en avait aucun. Cela a incité un groupe local de personnes engagées à créer un IXP dans l’État du Yucatán.

Leurs efforts se sont intensifiés en 2018, avec la signature d’un acte constitutif, et en 2019, ils ont organisé une trentaine de réunions et de formations, suivies d’un forum national IXP et d’une assemblée générale en 2020. Les deux premiers participants ont commencé à échanger du trafic en novembre et décembre. En février 2021, ils étaient déjà quatre, avec huit entités engagées au total.

« C’est ainsi que se construit l’Internet, de ses entrailles, en créant un écosystème », explique Carmen Denis Polanco, directrice des services d’échange Internet du Yucatán (IXSY). « L’IXSY contribue [à]… promouvoir les conditions pour que l’Internet soit un instrument efficace d’inclusion sociale, d’innovation, de génération de connaissances et de développement social, sanitaire, culturel et économique dans notre État. »

Les avantages sont déjà manifestes : plus de résilience et de stabilité, une meilleure rentabilité, une meilleure qualité et moins de latence, ainsi que des services à valeur ajoutée. L’IXSY a également conclu un préaccord pour un point de présence Facebook et espère attirer d’autres RDC.

Gilberto Burgos De Santiago, directeur de la gestion technologique au sous-secrétariat des technologies de l’information et des communications du gouvernement de l’État du Yucatán, estime que le lancement d’IXSY en 2020 est arrivé à point nommé : « En raison de la nature [de] notre région, qui a connu des ouragans, des tempêtes et une pandémie… cela nous a permis de justifier l’importance d’Internet et de continuer à y travailler, au profit du secteur de la santé, de la stimulation économique, de la sécurité, etc. »

République dominicaine

En République dominicaine, dix ans après l’échec d’une initiative visant à créer un IXP, le chapitre local de l’Internet Society a relancé les efforts à la suite de forums locaux sur la gouvernance de l’Internet qui ont abordé la question de l’infrastructure.

« Il existait un vif intérêt pour la reprise de ce projet, alors [l’Internet Society] l’a mené », explique Osvaldo Larancuent, président du chapitre.

Des comités techniques et juridiques ont été formés, qui ont préparé un protocole d’accord (MoU). En parallèle, le chapitre a demandé une subvention Beyond the Net pour des projets de moyenne ou grande envergure et a reçu 30 000 dollars américains en octobre 2018.

À ce jour, 24 entités ont signé le protocole d’accord, dont la présidence de la République, deux opérateurs, quatre universités et huit fournisseurs et entreprises de télécommunications qui représentent 98 % de la consommation Internet du pays.

L’IX.DO a commencé la production silencieuse en novembre 2020. Jusqu’à présent, trois entreprises échangent du trafic. Ce trimestre, les quatre plus grands fournisseurs se connecteront. En outre, trois RDC ont demandé à rejoindre le réseau, notamment Google Cache et Amazon World Service, tandis que Facebook a exprimé son intérêt.

Selon Larancuent, les IXP sont le moteur de la transformation numérique locale : « Les secteurs stratégiques qui peuvent bénéficier de ces changements subtils sont le secteur de la santé, afin que la télésanté ait une meilleure capacité de réponse, et le secteur bancaire, qui peut bénéficier de transactions financières plus sécurisées. Et bien sûr, c’est essentiel pour les réseaux informatiques partagés dans le secteur universitaire. »

Le Salvador

L’histoire du point d’échange du Salvador (IXSal) est la plus longue, puisqu’elle a débuté en 1999, selon son fondateur, Lito Ibarra. « Au départ, c’était une utopie », raconte ce pionnier de l’Internet de 63 ans. Il a obtenu le soutien technique de CABASE (qui gère la plupart des IXP en Argentine) ; puis, il a contacté les fournisseurs d’Internet et organisé des réunions. « La confiance est importante car vous mettez en relation des entreprises en concurrence pour les mêmes clients ».

Des ateliers techniques sur les IXP ont été organisés, auxquels l’Internet Society et LACNIC ont participé. Les opérateurs semblaient intéressés mais ne voulaient pas s’engager.

Ibarra n’a pas abandonné. Il a trouvé un endroit neutre pour héberger gratuitement l’équipement pour l’IXP, dans un centre de données commercial, DataGuard. Il a commencé à recevoir des dons d’équipements de la part de l’Internet Society, de LACNIC et d’autres organisations. En 2019, il a engagé un expert pour installer l’IXP. Parallèlement, les réunions se sont poursuivies.

Actuellement, cinq fournisseurs, pour la plupart de petite taille, souhaitent rejoindre le réseau.

« En tant qu’entreprise, nous considérons l’IXP comme un enjeu de premier plan et cette intégration est importante pour nous et nos clients », déclare le directeur général de Telenetwork du Salvador, Edgar Alvarado.

Selon lui, le fait de permettre aux utilisateurs de télécharger leurs services sur un nuage local favorisera la création et la fourniture d’un plus grand nombre de services. Il pense également que l’IXP renforcera la connectivité et réduira les coûts : « Je comprends les avantages pour le pays, pour l’utilisateur final, pour la filière étudiante, puisque pratiquement toutes les classes sont désormais virtuelles. Ce projet aura de nombreux avantages », déclare M. Alvarado.

Mais il faut encore que l’IXSal commence à échanger du trafic, ce à quoi M. Ibarra remédie en tentant de convaincre davantage de fournisseurs, afin de pouvoir démarrer sur des bases solides.

M. Ibarra conclut, tout sourire, : « Nous avons organisé la fête : les invitations, la musique, l’orchestre, le lieu et la nourriture. Nous n’attendons plus que les invités. »


Image de L’odyssée Belle via Unsplash

‹ Retour

Avertissement: Les points de vue exprimées dans cette publication appartiennent à l’auteur et peuvent ou non refléter les positions officielles de l’Internet Society.

Articles associés

Développer l'Internet 15 juin 2021

Stratégies réussies pour la création et la croissance des IXP

Comment le peering a-t-il évolué en Asie-Pacifique pour permettre aux gens de bénéficier d'une connectivité plus rapide, abordable et...

Développer l'infrastructure et les communautés techniques 10 juin 2021

Soutenir les IXP en Asie-Pacifique : Nouveau partenariat avec l’Asia Pacific Internet Exchange Association

L'Internet Society et l'Asia Pacific Internet Exchange Association (APIX) s'engagent à travailler ensemble pour soutenir les communautés qui construisent...

Développer l'Internet 3 juin 2021

Coup de projecteur sur le Kenya Education Network, un défenseur de la communauté de peering en Afrique

Le Kenya Education Network (KENET) soutient les communautés qui développent l’infrastructure Internet au Kenya. En collaboration avec l’Internet Society,...

Rejoignez la conversation avec les membres de Internet Society à travers le monde