Faire un don
Comment un cryptage fort peut protéger les survivants de violence domestique Thumbnail
‹ Retour
Cryptage 18 décembre 2020

Comment un cryptage fort peut protéger les survivants de violence domestique

Anna Higgins
Par Anna HigginsProject and Policy Advisor

Pour beaucoup d’entre nous en quarantaine, la vie privée revêt souvent la seule forme des communications numériques. Alors que nous sommes enfermés chez nous en compagnie d’autres personnes, le monde en ligne peut être un endroit où se défouler, trouver des distractions et même chercher refuge. Cela est particulièrement vrai pour les survivants de violences domestique, sexuelle, de harcèlement et de la traite des êtres humains, qui ont toujours compté sur les communications cryptées pour trouver de l’aide et s’échapper.

Cette année a été particulièrement difficile pour les survivants. Si l’on ajoute à cela le nombre élevé de cas de COVID-19, la longue période d’attente pour trouver un abri, l’incertitude économique et, dans certaines régions, le temps plus froid et les journées plus courtes, sans oublier les vacances de décembre et janvier, qui sont traditionnellement marquées par une augmentation des incidents de violence domestique, la situation est catastrophique. L’accès aux communications privées en ligne n’est pas seulement un moyen de trouver un soutien et de s’échapper, mais aussi un moyen de survie.

Le risque de violence domestique étant désormais plus élevé, il est encore plus essentiel de protéger la vie privée et la sécurité des survivants en ligne. En cas de pandémie, les victimes ne peuvent compter que sur les communications numériques pour obtenir de l’aide, afin de limiter les interactions en personne.

C’est pourquoi nous avons travaillé avec le NNEDV (le réseau américain pour mettre fin à la violence domestique) pour élaborer une fiche d’information sur l’importance du cryptage pour les survivants de violences domestique, sexuelle, du harcèlement et de la traite des êtres humains.

Les survivants doivent communiquer avec des personnes de confiance, entrer en contact avec des organisations qui peuvent leur apporter de l’aide et chercher des refuges ou d’autres ressources dans leur région. Le cryptage de bout en bout garantit que les victimes peuvent compter sur la confidentialité et l’intégrité de leurs conversations privées et utiliser les communications numériques pour assurer leur sécurité.

Le cryptage contribue également à protéger les informations personnelles des survivants et à assurer leur sécurité. Après avoir échappé à une situation de violence, elles peuvent déménager et chercher un nouveau logement ou un emploi. Il est essentiel de préserver la confidentialité des informations personnelles dans cette situation, car quitter un foyer abusif est le moment le plus dangereux pour les survivants ; ceux-ci sont nettement plus susceptibles de se faire tuer en partant ou juste après avoir quitté le foyer. Toutefois, les agresseurs peuvent utiliser la technologie et les communications numériques pour trouver plus d’informations sur les allées et venues des victimes et leurs activités. Sans un cryptage solide, les agresseurs peuvent continuer à abuser de leur victime par des méthodes numériques comme l’installation de logiciels espions.

Le cryptage est également important pour préserver les preuves en cas d’action en justice. Si une victime décide de porter plainte et d’aller jusqu’au bout d’une procédure judiciaire, les preuves numériques sont essentielles. Sans cryptage, les preuves pourraient disparaître. Les victimes méritent de se tourner vers la justice et de trouver la paix. La conservation des preuves est un élément important de la procédure judiciaire.

Le cryptage de bout en bout est un outil essentiel qui permet aux survivants de rester en sécurité à chaque étape de leur recherche d’aide, de nouvelles conditions de vie et d’une éventuelle action en justice. Il protège les communications, les informations et les enregistrements numériques, et empêche les agresseurs et les mauvais acteurs de perpétuer les sévices.

Nous devons protéger le cryptage de bout en bout si nous voulons protéger les survivants.

Pour plus d’informations sur la manière dont les victimes de violences domestique, sexuelle, de harcèlement et de trafic d’êtres humains peuvent demander de l’aide, consultez le NNEDV et son projet Safety Net, qui se concentre sur la sécurité des technologies.

Lisez « Comprendre le cryptage : les liens avec la sécurité des victimes« 


Image de Sergey Zolkin via Unsplash

 

‹ Retour

Avertissement: Les points de vue exprimées dans cette publication appartiennent à l’auteur et peuvent ou non refléter les positions officielles de l’Internet Society.

Articles associés

Chaque jour devrait être la Journée mondiale pour un Internet plus sûr
Chaque jour devrait être la Journée mondiale pour un Internet plus sûr
Renforcer la confiance11 février 2020

Chaque jour devrait être la Journée mondiale pour un Internet plus sûr

La Journée pour un Internet plus sûr est l'occasion pour les personnes et les organisations du monde entier d'unir leurs...

Sans cryptage fort, le devoir de digilence n'existe pas
Sans cryptage fort, le devoir de digilence n'existe pas
Cryptage27 mai 2020

Sans cryptage fort, le devoir de digilence n’existe pas

Le 15 mai, le Telegraph a rapporté que l'alliance de renseignements Five Eyes prévoyait de se réunir pour explorer les...

PDG et le cryptage: les questions à poser à vos experts
PDG et le cryptage: les questions à poser à vos experts
Cryptage16 mars 2018

PDG et le cryptage: les questions à poser à vos experts

À peine une semaine se passe sans quelque chose dans les nouvelles qui nous rappelle le rôle crucial joué par...

Rejoignez la conversation avec les membres de Internet Society à travers le monde