Faire un don
À quoi ressemble un monde post-COVID dans les petits États insulaires en développement ? Thumbnail
‹ Retour
Développer l'Internet 18 juin 2020

À quoi ressemble un monde post-COVID dans les petits États insulaires en développement ?

Ce billet a été publié pour la première fois par la DiploFoundation.

“Nous devons nous assurer de mettre en ligne tous nos processus commerciaux afin de permettre une véritable transformation numérique de nos gouvernements, entreprises et établissements d’enseignement, de sorte que les solutions perturbatrices apportées par la pandémie mondiale, notamment le travail à distance, la santé numérique, l’apprentissage en ligne et les technologies de pointe, soient collectivement reconnues comme un tournant dans notre histoire”.

Voilà… C’est fait… J’ai relevé le défi du nombre de mots à la mode et de jargon que je peux mettre dans une seule phrase.

Tout ce que nous avons lu sur les problèmes auxquels l’économie mondiale sera confrontée dans le monde post-COVID-19 a tendance à ressembler à ce que j’ai écrit ci-dessus. Je ne peux pas vous promettre que je n’aborderai pas ces sujets et que je ne mentionnerai pas ces mots à la mode à nouveau, mais j’espère pouvoir apporter un certain degré de pragmatisme à la conversation, d’autant plus que je suis originaire de Trinidad et Tobago, un pays insulaire jumeau des Caraïbes, classé dans la catégorie des petits États insulaires en développement (PEID) aux côtés d’une cinquantaine d’autres dispersés dans nos différents océans.

Les économies des PEID sont généralement caractérisées par leur dépendance à l’égard des revenus de l’exportation de matières premières ou de produits partiellement finis extraits des éléments physiques de leurs territoires, que ce soit le sucre, les bananes, le cacao, le thé, le café ou tout autre denrée comestible, la bauxite, l’or, le pétrole, le gaz naturel ou toute autre ressource minérale commercialisée sur les marchés internationaux, ou les nombreux secteurs en aval qui reposent sur ces industries extractives. J’irais même jusqu’à classer le secteur du tourisme comme faisant partie de ce phénomène de dépendance, car il repose sur les éléments physiques “soleil, sable et mer” ou, dans le cas de ceux qui ne sont pas aussi richement dotés, sur les éléments de base de la nature qui conduisent à des activités “éco-touristiques” dynamiques.

Qu’est-ce que tous ces éléments ont en commun ? Plus tôt, j’ai utilisé le terme de “dépendance” car, dans l’ensemble, les économies des PEID présentent des éléments de ce que Best et Levitt décrivent comme une “économie de plantation” (voir les travaux de George Beckford à ce sujet). Une économie de plantation est une variante ou un parent structurel (selon votre point de vue) de la théorie de la dépendance néomarxiste/réformiste libérale des années 1970 et, plus tard, des théories du “système mondial” qui ont sans doute dominé la pensée universitaire de l’Amérique latine et des Caraïbes à l’époque.

Ces aspects, ou caractéristiques, comprennent l’histoire de la mainmise des multinationales sur les secteurs clés, le rapatriement des bénéfices et les liens nationaux limités, voire inexistants, dans les PEID. En substance, la balance commerciale entre les PEID et les pays partenaires commerciaux de la “métropole” est inéquitable et presque entièrement en faveur des pays développés, ce qui se traduit par un schéma de répartition des revenus discriminatoire à l’égard de la transformation économique.

Tout cela signifie que les économies des PEID sont touchées de manière disproportionnée par les changements des modèles économiques mondiaux.. Ces économies risquent davantage d’être défavorisées dans les chaînes d’approvisionnement mondiales et, bien entendu, elles risquent fortement de voir leur élan vers une économie numérique véritablement mondialisée perturbé. Sans parler du fait qu’elles risquent de porter le fardeau supplémentaire d’être parmi les tout premiers pays à ressentir les effets de l’urgence climatique, y compris les risques et les catastrophes naturelles extrêmement imprévisibles, notamment les ouragans/cyclones, les inondations, les glissements de terrain, la sécheresse et même les tremblements de terre. Selon l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), les pertes économiques dues aux catastrophes dans les PEID ont connu une augmentation vertigineuse, passant de 8,7 milliards de dollars US (2000-2007) à plus de 14 milliards de dollars US (2008-2015). Le changement climatique constitue un défi supplémentaire, car l’élévation du niveau des mers est responsable d’inondations côtières extrêmes et met en danger les moyens de subsistance de plus de 4,2 millions de personnes. À cet égard, les PEID sont déjà confrontés à des défis extraordinaires en matière de protection de leurs habitants, de leurs infrastructures et de leurs modes de vie, ainsi que pour atteindre les objectifs de développement durable (SDG).

Figure 1. Impact absolu et relatif moyen des catastrophes dans les PEID par rapport aux pays non PEID (2006-2016). Source : FAO, 2017, p. 30.
Figure 2. Tous les PEID – Pertes de récoltes et de production animale par type de catastrophe (2005-2015). Source : FAO, 2017, p. 30.

Alors que le monde commence lentement à se concentrer sur la planification de la nouvelle normalité post-COVID-19, qu’est-ce que cela signifie pour les PEID, compte tenu de leurs circonstances particulières ? Il est certain qu’une solution unique offerte par les organismes traditionnels d’aide au développement et de prêt ne fonctionnera pas dans ce cas. De même, si chaque pays doit chercher à élaborer son propre plan de redressement individuel et contextualisé, il est probable que des domaines de coopération à travers les océans, où la collaboration et le travail en commun de plus de leurs 50 membres, ou au moins de leurs collectifs régionaux, les placeront dans une position plus forte pour éviter les ramifications de la marginalisation alors que le monde entier s’efforcera d’optimiser les rares ressources disponibles au cours des 12 prochains mois.

Sécurité alimentaire

Le Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations unies a prévu que le nombre de personnes confrontées à des problèmes d’insécurité alimentaire aiguë (IPC/CH 3 ou pire) passera à 265 millions en 2020, soit une augmentation de 130 millions par rapport aux 135 millions de 2019, en raison de l’impact économique du COVID-19. Les PEID risquent d’être gravement touchés, car nombre d’entre eux sont des importateurs nets de denrées alimentaires dont les populations dépendent des revenus provenant des envois de fonds et du tourisme. Les PEID extrêmement pauvres comme Haïti, qui compte 3,7 millions de personnes (35 % de sa population) en situation de crise alimentaire ou vivant dans des conditions encore plus défavorables, auront besoin de l’aide des organismes donateurs régionaux et mondiaux ainsi que d’autres pays qui les placeront dans une meilleure position. Toutefois, il devient évident que la pandémie COVID-19 risque d’entraîner des perturbations généralisées de la chaîne de production alimentaire à court et moyen terme. Les acteurs étatiques doivent veiller à ce que les politiques fiscales et commerciales qui émergent en réponse à la pandémie encouragent le renforcement, plutôt que l’affaiblissement ou la perturbation involontaire, du commerce alimentaire mondial. Une mesure particulièrement intéressante qui a été suggérée émane de la région de l’Amérique latine et des Caraïbes. Il a été recommandé aux États d’envisager l’introduction et la promotion de plateformes et d’applications électroniques de commerce alimentaire ainsi que d’autres mesures visant à réduire l’impact d’une saine distanciation sociale et à favoriser des chaînes comportant moins d’intermédiaires entre les producteurs, les petites et moyennes entreprises des quartiers et les consommateurs.

Soins de santé

Il a été prouvé que les PEID présentent un nombre disproportionné de cas de maladies non transmissibles (MNT) telles que le cancer, le diabète, les maladies cardiaques et l’hypertension, avec des taux de morbidité et de mortalité inacceptablement élevés.

À l’heure actuelle, les MNT représentent environ 75 % de la totalité des décès dans les pays et territoires insulaires du Pacifique, avec des taux de décès prématurés (avant 60 ans) beaucoup plus élevés dans de nombreux pays du Pacifique que la moyenne mondiale équivalente. Parmi les PEID des Caraïbes et du Pacifique, on trouve plusieurs pays présentant les taux de surcharge pondérale et d’obésité les plus élevés au monde, avec le cofacteur supplémentaire que trois des dix pires taux de consommation de tabac au monde se trouvent dans la région du Pacifique. Les systèmes de santé des PEID étaient donc déjà soumis à une pression énorme avant le COVID-19, à laquelle s’ajoute maintenant la pandémie actuelle obligeant les États à investir d’importantes ressources supplémentaires en vue de se préparer et de réagir au fardeau supplémentaire que représente la nature encore largement inconnue et hautement transmissible de la maladie. Pour le moment, il n’existe toujours pas de traitement, de remède ni de vaccin homologué pour le Coronavirus, et aucune solution immédiate ne semble se profiler à l’horizon. Les professionnels et les établissements de santé des PEID continueront donc d’être mis à rude épreuve dans leur lutte contre la maladie, et seront particulièrement touchés par la pénurie mondiale d’équipements de protection individuelle (EPI), qui sont indispensables pour que les soignants puissent continuer à travailler efficacement face aux épidémies dans le pays et, bien sûr, rester en bonne santé et en vie.

Politique numérique et enjeux connexes

Les PEID, de par leur nature même et avant la pandémie, étaient déjà confrontés aux défis de l’éloignement et de l’incapacité à participer sur un pied d’égalité à un large éventail d’activités. Les déplacements sont difficiles et souvent d’un coût prohibitif, tant au niveau inter qu’intranational. La connectivité à Internet reste un problème persistant, tant en ce qui concerne le dernier kilomètre que le déploiement des “meilleurs” services à haut débit disponibles dans les zones éloignées et sous-peuplées, sous-desservies ou mal desservies du territoire. Le rythme d’adaptation des entreprises à la pensée numérique, notamment (paradoxalement) au concept de travail à distance, est lent et souvent difficile, tandis que les écoles manquent de ressources pour fournir aux étudiants et aux enseignants les compétences et les équipements nécessaires pour s’adapter facilement aux modalités d’apprentissage en ligne, sans parler des frais généraux supplémentaires requis pour intégrer la pensée numérique dans les programmes d’études standardisés.

En ce moment même, nous avons la possibilité d’accélérer un tsunami virtuel (la transformation d’un concept typiquement négatif en un concept positif) qui recèle de vagues de transformation numérique pour avoir un impact positif sur les PEID. Une tempête parfaite, en quelque sorte, est une tempête qui comprend plusieurs points.

  • Les gouvernements et les régulateurs des télécommunications devraient libérer et débloquer les ressources du Fonds pour le service universel afin de s’attaquer, une fois pour toutes, aux derniers défis en matière d’accès, d’accessibilité et d’inclusion numérique au sein des PEID, garantissant ainsi une connectivité à haut débit significative et abordable.
  • Les chambres de commerce, les organismes publics de développement des petites entreprises et les organismes de promotion des exportations devraient rejoindre leurs forces pour résoudre les obstacles qui empêchent actuellement l’accélération du développement des entreprises numériques, notamment :
    • la promotion de l’adoption généralisée des activités locales de commerce électronique, le renforcement des capacités institutionnelles (y compris en matière de législation, d’incitations fiscales, d’infrastructures technologiques, etc.) ;
  • Les acteurs des secteurs public et privé devraient adopter pleinement les protocoles de travail à domicile/à distance impliquant des initiatives de meilleures pratiques telles que l’échelonnement des jours de travail du personnel (par exemple, trois jours à distance, deux jours sur place) et des tours de travail, si nécessaire, la fourniture des outils nécessaires pour soutenir le travail à domicile (par exemple, le remboursement des frais appropriés pour le haut débit et les données mobiles, s’ils ne figurent pas déjà dans les plans offerts par l’employeur ; les prêts/affectations d’équipements mobiles ; l’aide à la mise en place de bureaux à domicile ; et le déploiement d’outils de productivité collaboratifs qui pourraient même améliorer la productivité lors du travail à distance).
  • Le paradigme de l’éducation et de la formation devrait faire un grand bond en avant, en englobant pleinement la transformation numérique aux niveaux suivants : stratégie, élaboration de programmes d’études, infrastructure technologique et plateformes d’apprentissage en ligne, analyse des données et développement continu des compétences. Le coup de fouet donné au secteur industriel par la pandémie devrait maintenant être rapidement mis à profit et toutes les leçons qui ont été tirées au sein des PEID, et même à l’échelle mondiale, de ces expériences récentes être fusionnées dans un effort plus large visant à rendre l’éducation et la formation plus pertinentes, et largement disponibles et accessibles à de nombreux autres groupes, à la fois de manière synchrone et à leur propre rythme.

Lire Garantir une connectivité durable dans les petits États insulaires en développement


Image des Maldives par Ishan @seefromthesky via Unsplash

‹ Retour

Avertissement: Les points de vue exprimées dans cette publication appartiennent à l’auteur et peuvent ou non refléter les positions officielles de l’Internet Society.

Articles associés

Responsabilisation numérique des femmes en Asie du Sud
Responsabilisation numérique des femmes en Asie du Sud
Femmes de la Tech2 avril 2018

Responsabilisation numérique des femmes en Asie du Sud

Le 15 mars 2018, le Chapitre du Pakistan à l'Islamabad (PK IBD) a organisé une conférence en ligne sur «L'autonomisation numérique...

Prêt à travailler à domicile au Moyen-Orient ?
Prêt à travailler à domicile au Moyen-Orient ?
Développer l'Internet18 mai 2020

Prêt à travailler à domicile au Moyen-Orient ?

Même avant le COVID-19, les scènes politiques et économiques de la région MENA étaient en train de changer. Les différences...

Les jeunes ont aussi besoin de cryptage
Les jeunes ont aussi besoin de cryptage
Cryptage28 avril 2020

Les jeunes ont aussi besoin de cryptage

La plupart des pays ayant imposé des mesures de confinement, les enfants passent probablement plus de temps que jamais en...

Rejoignez la conversation avec les membres de Internet Society à travers le monde