Internet pendant le confinement : Avons-nous besoin de plus d’Internet ? Thumbnail
‹ Retour
Développer l'Internet 8 mai 2020

Internet pendant le confinement : Avons-nous besoin de plus d’Internet ?

Le chapitre indien de l’Internet Society de Chennai a organisé une table ronde virtuelle en mars, quelques jours après que le gouvernement indien ait annoncé une quarantaine de trois semaines à l’échelle nationale. La table ronde virtuelle consistait en une conversation sur l’importance de maintenir l’Internet ouvert, et sur la manière dont la communauté de l’Internet pourrait contribuer aux mesures d’intervention durant la pandémie et aux efforts de relance post COVID-19,en Inde et dans le monde entier.
La table ronde virtuelle a rassemblé un large éventail de parties prenantes de l’Internet, dont Andrew Sullivan, Jane Coffin, Mike Godwin, Yrjö Länsipuro, Wolfgang Kleinwächter, Olivier Crepin-Leblond, Sébastien Bachollet, Samiran Gupta et Glen McKnight, ainsi que des membres du chapitre issus de la société civile et du secteur privé.

Voici quelques-uns des points forts et des conclusions de la table ronde virtuelle :

La pandémie du COVID-19 souligne l’importance d’Internet. Sans accès à Internet, il est nettement plus difficile aux gens de communiquer avec les membres de leur famille et les travailleurs du secteur de la santé, de suivre des cours et formations en ligne ou de travailler de chez eux.

La pandémie a clairement mis en évidence les inégalités en matière d’accès à l’internet et de coût de ce service augmentant la fracture numérique dans la région. Proposer un accès à Internet à des milliards de personnes qui ne sont pas encore connectées doit être une priorité. En même temps, leur vie privée et leur autonomie doivent être protégées.

Les TIC peuvent nous aider à lutter contre la pandémie. Le revers de la médaille est le système de surveillance qui, s’il n’est pas encadré, et s’il n’est pas supprimé après la crise, aura des conséquences négatives profondes pour les sociétés. Par exemple, certains pays ont mis au point des applications de recherche des contacts et de contrôle des mouvements qui soulèvent des inquiétudes quant à la protection de la vie privée et à la sécurité. La pandémie a également entraîné une augmentation des abus de DNS, du cybersquattage, du piratage et des attaques par logiciels malveillants.

L’ICANN a étudié l’impact de l’augmentation du trafic sur les réseaux, et il semble que cette hausse soit bien en deçà de la capacité de l’écosystème du DNS et des serveurs racine. Cependant, certains problèmes liés à la résilience des infrastructures déployées localement pourraient se poser. Il est essentiel d’investir dans la construction d’une infrastructure d’accès résiliente pour le dernier kilomètre et le kilomètre intermédiaire.

L’importance des technologies de télécommunications pour l’Internet est trop souvent sous-estimée et un certain raisonnement réglementaire veut que les technologies 5G soient synonymes de progrès. La 5G, à travers de vastes campagnes publicitaires et un lobbying privilégié, est présentée comme la nouvelle technologie magique. Toutefois, la 5G constitue un sérieux obstacle du fait d’une appropriation disproportionnée du spectre. Il est nécessaire d’exhorter les régulateurs, en particulier, à s’ouvrir aux changements en matière de politiques d’octroi de licences et de financement, ainsi que d’attribution du spectre. La croissance de l’internet consiste à développer l’infrastructure de l’internet et à collaborer avec les communautés pour soutenir la construction de ladite infrastructure, afin d’accélérer l’accès à l’internet.

L’évolution des technologies de connectivité passe par une bonne vieille ingénierie de réseau, notamment par le déploiement adéquat des points d’échange Internet. Dans diverses régions du monde, notamment en Asie-Pacifique et aux Amériques, les populations locales forment des communautés visant à créer des solutions localisées en construisant des réseaux communautaires qui offrent des solutions complémentaires aux problèmes de connectivité. Dans le cadre de ces initiatives, il est important de coopérer avec les autorités de réglementation afin de faire évoluer les politiques relatives à l’octroi de licences, à l’attribution des fréquences (dans la bande des 6 GHz pour le Wi-Fi et dans les bandes des 2,4 et 5 GHz) et au financement des infrastructures pour assurer un accès Internet aux personnes non connectées.

N’hésitez pas à regarder un enregistrement du programme en direct et en lire la transcription.


Image de Chennai par Karl Janisse via Unsplash

‹ Retour

Avertissement: Les points de vue exprimées dans cette publication appartiennent à l’auteur et peuvent ou non refléter les positions officielles de l’Internet Society.

Articles associés

Développer l'Internet 15 juin 2021

Stratégies réussies pour la création et la croissance des IXP

Comment le peering a-t-il évolué en Asie-Pacifique pour permettre aux gens de bénéficier d'une connectivité plus rapide, abordable et...

Développer l'infrastructure et les communautés techniques 10 juin 2021

Soutenir les IXP en Asie-Pacifique : Nouveau partenariat avec l’Asia Pacific Internet Exchange Association

L'Internet Society et l'Asia Pacific Internet Exchange Association (APIX) s'engagent à travailler ensemble pour soutenir les communautés qui construisent...

Développer l'Internet 3 juin 2021

Coup de projecteur sur le Kenya Education Network, un défenseur de la communauté de peering en Afrique

Le Kenya Education Network (KENET) soutient les communautés qui développent l’infrastructure Internet au Kenya. En collaboration avec l’Internet Society,...

Rejoignez la conversation avec les membres de Internet Society à travers le monde