Renforcement du système de noms de domaine en Afrique Thumbnail
‹ Retour
Développer l'infrastructure et les communautés techniques 11 mai 2022

Renforcement du système de noms de domaine en Afrique

Israel Nyoh
Par Israel NyohFormer Communications and Outreach Manager - Africa

En 2013, l’Internet Society, en partenariat avec le domaine de premier niveau africain (AfTLD) et l’Internet Corporation for Assigned Names and Numbers (ICANN), a lancé le Forum sur le système de noms de domaine (DNS) africain. L’objectif était d’améliorer les niveaux de fonctionnement technique et de gouvernance dans les registres de domaines de premier niveau de code pays (ccTLD) africains et de favoriser la résilience d’Internet.

Le tout premier événement a eu lieu en Afrique du Sud et a permis la naissance d’une communauté DNS dynamique à travers l’Afrique. Depuis, ils travaillent à faire progresser la filière des noms de domaine et les enregistrements de noms de domaine sur le continent.

Le système de noms de domaine (DNS) est une base de données mondiale qui traduit les noms de domaine (tels que www.internetsociety.org) en adresses Internet utilisées par les ordinateurs pour communiquer entre eux. Le DNS fournit également d’autres informations sur les noms de domaine, comme les services de messagerie.

Une décennie après ce premier événement, le forum annuel DNS africain a accompli de nombreuses choses, armant le secteur DNS africain de nouvelles connaissances, d’un savoir-faire technique et d’un soutien professionnel pour renforcer ses capacités et rivaliser avec le reste du monde. En 2019, c’est à Dakar, au Sénégal, qu’a été créée la Africa Registrars Association, et plus de 90 % des ccTLD africains sont désormais automatisés vers ses systèmes de registre.

Voici certains des avantages que le Forum DNS africain a contribué à promouvoir :

Renforcement des capacités

Le forum a conduit au lancement du DNS Fellowship Program par l’ICANN, un programme de placement où les registraires africains peuvent apprendre l’aspect commercial du DNS auprès d’autres registraires bien établis et prospères dans le monde. Ce programme s’est avéré efficace : plus de 95 % des ccTLD africains disposent désormais d’un système de registre automatisé prendre en charge l’IPv6 et les DNSSEC. Ils ont également automatisé le processus d’enregistrement et aident leurs bureaux d’enregistrement et leurs revendeurs à apprendre à faire de même.

Développer les bureaux d’enregistrement grâce à l’accréditation de l’ICANN

L’accréditation de l’ICANN est un label de qualité qui consolide la réputation des bureaux d’enregistrement. Avant le Forum DNS africain, il n’y avait que cinq bureaux d’enregistrement accrédités par l’ICANN en Afrique. Il y en a maintenant 12. Cela constitue un progrès considérable, mais il y a encore du travail à faire. L’objectif visé était d’en avoir 25 d’ici 2020. Peu d’entre eux ont réussi à intégrer le système, ce qui souligne l’importance du Forum DNS africain.

Augmentation des enregistrements de domaines transfrontaliers

Barrack Otieno, directeur général de l’Africa Top Level Domain, explique que les bureaux d’enregistrement africains revendent des domaines pour d’autres pays du continent. « Cette évolution est due au fait que les gens se rencontrent et se communiquent. Elle a également incité les registres à modifier leurs politiques afin d’accueillir des personnes d’autres pays. »

Plateformes et forums DNS nationaux

La constitution de plateformes et de forums DNS nationaux, qui sont au cœur de l’action de DNS africain en faveur de la transformation numérique, est un autre succès. Au cours de l’année 2021, les plateformes DNS ont organisé des événements au Bénin, au Cameroun, au Tchad, en Égypte et au Zimbabwe. Des forums DNS ont également eu lieu au Botswana et au Kenya.

Angela Matlapeng est une ingénieure qui exerce la fonction d’administrateur ccTLD au sein de l’Autorité de régulation des communications du Botswana. Elle affirme que le forum DNS national au Bostwana a engendré de nouvelles opportunités de renforcement des capacités au niveau de la base.

Joel Karubiu, directeur général du Kenya Network Information Centre, affirme que le forum DNS national a réuni les principales parties prenantes pour les aider à mieux comprendre l’importance du DNS et son impact sur l’écosystème Internet.

La filière des noms de domaine en Afrique est en pleine croissance, et vous pouvez jouer un rôle dans l’élaboration de son développement.

Les communautés techniques sont au cœur d’un écosystème Internet local durable. Découvrez comment participer.

Droit d’auteur de l’image : ©Nyani Quarmyne

‹ Retour

Clause de non-responsabilité : Les points de vue exprimés dans cet article sont ceux de l’auteur et peuvent ou pas refléter la position officielle de l’Internet Society.

Articles associés

Développer l'infrastructure et les communautés techniques 25 janvier 2022

GOMIX permet à des millions de personnes dans l’est de la RDC d’accéder à un Internet plus rapide et moins coûteux

GOMIX est le troisième point d’échange Internet (IXP) de la République démocratique du Congo

Développer l'infrastructure et les communautés techniques 15 juin 2021

Stratégies réussies pour la création et la croissance des IXP

Comment le peering a-t-il évolué en Asie-Pacifique pour permettre aux gens de bénéficier d'une connectivité plus rapide, abordable et...

Développer l'infrastructure et les communautés techniques 10 juin 2021

Soutenir les IXP en Asie-Pacifique : Nouveau partenariat avec l’Asia Pacific Internet Exchange Association

L'Internet Society et l'Asia Pacific Internet Exchange Association (APIX) s'engagent à travailler ensemble pour soutenir les communautés qui construisent...