Promouvoir l’éducation et la recherche en temps de COVID-19 Thumbnail
‹ Retour
Développer l'infrastructure et les communautés techniques 30 avril 2021

Promouvoir l’éducation et la recherche en temps de COVID-19

Roshan RagelGuest Author

Lorsque le COVID-19 a frappé en 2020 et que les établissements d’enseignement supérieur ont fermé, les réseaux nationaux de recherche et d’éducation (NREN) d’Asie du Sud-Est se sont immédiatement mobilisés pour assurer la continuité de l’enseignement et de la recherche.

Nous souhaitons mettre en lumière la manière dont les NREN, par le biais de la collaboration, ont relevé le défi posé par le COVID-19 et ont démontré leur engagement et leur créativité pour stimuler l’éducation et la recherche.

Grâce à la collaboration et à la solidarité, les NREN ont joué un rôle déterminant dans la transformation numérique du secteur de l’enseignement supérieur et ont fait en sorte que les personnes privées de connectivité ne soient pas laissées pour compte dans leur apprentissage.

Au Bangladesh et au Sri Lanka, comme dans de nombreux autres pays, la fermeture des établissements d’enseignement supérieur a conduit à dispenser les cours magistraux et diverses activités universitaires et de recherche en ligne.

Dès que la Commission des subventions universitaires (UGC) du Bangladesh a approuvé la tenue de cours en ligne le 19 mars 2020, le Réseau de recherche et d’éducation du Bangladesh (BdREN) a apporté son soutien au gouvernement en distribuant gratuitement à toutes les universités du pays 5 000 licences Zoom obtenues auprès d’[email protected] Ce nombre a ensuite été étendu à 7 500 licences, grâce au Nordic Gateway for Research & Education (NORDUnet), une collaboration entre les réseaux nationaux de recherche et d’éducation (NREN) des cinq pays nordiques : Danemark (DeiC), Islande (RHnet), Norvège (Uninett), Suède (SUNET) et Finlande (Funet), pour répondre à la forte demande. Afin de soutenir l’utilisation de Zoom et de résoudre les problèmes, BdREN a exploité un centre d’opérations réseau 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7.

De même, au Sri Lanka, le Lanka Education and Research Network (LEARN), avec le soutien de NORDUnet, a fourni gratuitement des licences Zoom à toutes les universités pour l’apprentissage en ligne. En outre, LEARN a proposé une série de formations sur la conduite de cours en ligne via Zoom. En conséquence, plus de 90 % des universités sri-lankaises sont passées à l’apprentissage en ligne pendant le confinement. Alors qu’avant le COVID, seuls 12% des universités publiques et 27% des universités privées l’avaient adopté.

En fait, avant le COVID, LEARN avait du mal à justifier son existence. « Ces dernières années, nous avons dû défendre la nécessité d’une organisation comme LEARN et son rôle dans le secteur de l’enseignement supérieur. Certaines parties nous percevaient comme une autre entreprise créée pour fournir un accès Internet avec un agenda peu clair », a déclaré le professeur Priyantha Hewagamage, directeur de l’école d’informatique de l’université de Colombo. « Chaque fois que nous parlions de Zoom, tout le monde comprenait son importance, mais personne ne voulait l’utiliser, car il n’était pas obligatoire. Cependant, après le 15 mars 2020, le déploiement de Zoom sur LEARN est devenu la bouée de sauvetage. » Le nombre d’utilisateurs de Zoom sur LEARN a été multiplié par dix en l’espace d’un mois après la fermeture des universités.

Au Bangladesh, le nombre de comptes Zoom utilisés est également monté en flèche, passant d’à peine 200 en mars 2020, au début de la pandémie, à plus de 5 500 en trois mois, puis à plus de 7 000 en huit mois. Au plus fort de l’activité, en juin 2020, plus de 130 000 cours en ligne ont été dispensés par quelque 9 700 professeurs de 70 universités.

Face à cet afflux de demandes, le BdREN a dû faire preuve de créativité dans la gestion des comptes pour s’assurer que tous les membres du corps professoral étaient en mesure de mener leurs cours, webinaires et réunions en ligne. Au lieu d’attribuer un compte Zoom à une personne, ce qui ne permettait pas d’optimiser son utilisation, BdREN a créé une application logicielle de planification permettant aux membres du corps enseignant de programmer leurs séances Zoom. Cela a permis la création de plusieurs classes dans différents domaines temporels sur un seul compte Zoom sous licence.

Un autre défi à relever était la surcharge du trafic Zoom au centre de données mondial de NORDUnet. LEARN a trouvé une solution pour maintenir le trafic local grâce à un déploiement sur site qui a permis aux classes Zoom en ligne de fonctionner à partir du centre de données local. Les membres de LEARN ont apporté leur contribution en faisant don de serveurs à cette fin, car il était impossible de se procurer de nouveaux serveurs pendant le confinement.

BdREN, puis le NREN du Népal, ont adopté le déploiement sur site pour que le trafic Zoom reste local, avec le soutien technique de LEARN, ce qui présente l’avantage supplémentaire d’améliorer les performances du réseau pour les utilisateurs, de réduire la latence et les coûts de transit international. Cependant, pour BdREN, cela signifiait la surcharge de son centre de données local et des points d’échange Internet BDIX et AIX, ce qui a nécessité un certain nombre d’ajustements et de mises à niveau rapides pour répondre aux demandes informatiques, comme le changement du logiciel de virtualisation et l’achat de lames de serveur, l’établissement d’une double connectivité avec BDIX et la mise à niveau de la capacité de la liaison. À la suite de ces mises à niveau, BdREN a même été en mesure d’étendre son soutien au NREN du Népal en hébergeant les serveurs du routeur multimédia de Zoom dans son centre de données, une collaboration inédite entre NREN.

Au Sri Lanka, LEARN a lancé d’autres services pendant le confinement, notamment un système d’authentification unique eduID qui permet aux enseignants et aux étudiants d’accéder à divers services d’éducation et de recherche ainsi que de collaborer avec d’autres institutions, et eduroam, un service d’itinérance internationale pour les utilisateurs dans les domaines de la recherche, de l’enseignement supérieur et de la formation continue, qui permet à tous les utilisateurs munis d’un eduID d’accéder gratuitement à un réseau mondial de points d’accès Wi-Fi, dont 100 emplacements Wi-Fi publics au Sri Lanka. EduID est un logiciel qui offre aux étudiants un moyen rapide et sûr de récupérer et de confirmer leur identité. Avec le rythme accéléré de la numérisation de l’enseignement supérieur, BdREN et LEARN étaient conscients qu’un nombre important d’étudiants ne pourraient pas apprendre en ligne en raison de la fracture numérique.

Une enquête menée auprès des étudiants par l’UGC du Bangladesh avec le soutien de BdREN a révélé que 76 % des étudiants utilisaient des données mobiles pour accéder aux cours en ligne et que l’un des principaux obstacles était le coût de ces dernières. En réponse, BdREN a négocié intensément avec les opérateurs de télécommunications afin de mettre à disposition de la bande passante Zoom à partir de la plateforme BdREN gratuitement ou à un tarif réduit. Teletalk, l’opérateur mobile public, a accepté d’offrir gratuitement la bande passante Zoom utilisée localement, tandis que les autres opérateurs (Banglalink, Grameenphone et Robi) ont convenu d’une remise de 70 %. En outre, l’UGC a accordé à plus de 40 000 étudiants des prêts sans intérêt pour l’achat d’appareils adaptés aux cours en ligne.

Au Sri Lanka, l’UGC a demandé l’approbation du président pour autoriser l’inscription sur la liste des IP sélectionnées sur le réseau LEARN qui étaient utilisées pour héberger les serveurs des systèmes de gestion de l’apprentissage, Zoom, et d’autres services éducatifs. La Commission de réglementation des télécommunications et les fournisseurs de services Internet ont coopéré pour fournir un accès gratuit depuis mars 2020. Une enquête nationale a montré que près de 90 % des étudiants universitaires du Sri Lanka ont pu apprendre en ligne pendant la pandémie. Ce taux est comparable à celui de pays développés comme le Japon.

BdREN et LEARN ont fait remarquer qu’ils n’auraient pas été en mesure de mener à bien ces entreprises remarquables seuls. Les luttes et expériences partagées pendant la pandémie ont favorisé la solidarité et rapproché les NREN des communautés de l’éducation et de la recherche. NORDUnet a offert des licences Zoom supplémentaires, les NREN ont partagé des solutions innovantes et des ressources de centres de données, les points d’échange Internet ont soutenu l’acheminement du trafic local, les opérateurs de télécommunications ont fourni des plans de données gratuits ou à prix réduit, et les établissements d’enseignement supérieur ont fait don de serveurs et ont joué un rôle moteur dans le passage à l’apprentissage en ligne.

Ces inspirations des NREN nous rappellent que la pandémie pourrait entraîner des conflits, de la méfiance et des inégalités, mais aussi l’espoir d’années à venir plus collaboratives, inclusives et égalitaires.

Avec la réouverture des établissements d’enseignement supérieur, l’enseignement et l’apprentissage en ligne continueront probablement à jouer un rôle important sous la forme d’une approche mixte. Une infrastructure numérique robuste et résiliente est nécessaire pour soutenir le fonctionnement continu de l’enseignement supérieur et de la recherche, qui risque d’être plus fréquemment perturbé par des crises comme la pandémie de COVID-19 à l’avenir. Les établissements d’enseignement supérieur envisagent également de numériser d’autres aspects de leur système, tels que les admissions, les examens et les services d’assistance et de soutien aux étudiants. Les NREN continueront à jouer un rôle essentiel dans le soutien de la transformation numérique dans les communautés de l’éducation et de la recherche.


Image de la Daffodil International University en Ashulia, Bangladesh par The Milon via Unsplash

‹ Retour

Avertissement: Les points de vue exprimées dans cette publication appartiennent à l’auteur et peuvent ou non refléter les positions officielles de l’Internet Society.

Articles associés

Développer l'Internet 15 juin 2021

Stratégies réussies pour la création et la croissance des IXP

Comment le peering a-t-il évolué en Asie-Pacifique pour permettre aux gens de bénéficier d'une connectivité plus rapide, abordable et...

Développer l'infrastructure et les communautés techniques 10 juin 2021

Soutenir les IXP en Asie-Pacifique : Nouveau partenariat avec l’Asia Pacific Internet Exchange Association

L'Internet Society et l'Asia Pacific Internet Exchange Association (APIX) s'engagent à travailler ensemble pour soutenir les communautés qui construisent...

Développer l'Internet 3 juin 2021

Coup de projecteur sur le Kenya Education Network, un défenseur de la communauté de peering en Afrique

Le Kenya Education Network (KENET) soutient les communautés qui développent l’infrastructure Internet au Kenya. En collaboration avec l’Internet Society,...

Rejoignez la conversation avec les membres de Internet Society à travers le monde