Faire un don
Responsabilité des intermédiaires : La gemme cachée Thumbnail
‹ Retour
Mode de fonctionnement du réseau Internet 11 mars 2020

Responsabilité des intermédiaires : La gemme cachée

Konstantinos Komaitis
Par Konstantinos KomaitisSenior Director, Policy Strategy and Development

Il existe aux États-Unis une loi qui comporte vingt-six mots : “Aucun fournisseur ou utilisateur d’un service informatique interactif ne sera considéré comme l’éditeur ou le locuteur de toute information fournie par un autre fournisseur de contenu d’information”. Autrement connu sous le nom de section 230 de la loi sur la décence des communications (CDA), elle a été qualifiée de loi qui a “créé l’Internet”.

Seule une partie de cette affirmation est vraie. L’article 230 n’a pas réellement créé l’Internet parce que l’Internet a été créé grâce à la collaboration d’un ensemble diversifié de personnes dans le monde entier. Ce qui est vrai, cependant, c’est que le régime de responsabilité des intermédiaires a sous-tendu l’Internet tel que nous. le connaissons. Il a été responsable de trois caractéristiques principales de l’Internet :

  • Il a créé la certitude et la prévisibilité : les règles de responsabilité des intermédiaires ont permis aux fournisseurs d’accès à l’internet (tant d’infrastructure que de contenu) de concevoir des stratégies de conformité basées sur une série de réglementations et leurs conditions d’utilisation (CU). En raison de la responsabilité des intermédiaires, les entreprises peuvent concevoir des activités qui répondent à leurs besoins.
  • Elle a créé de bons citoyens de l’Internet : Les règles de responsabilité des intermédiaires ont fait en sorte que la décision de savoir si une entreprise va parler d’une certaine manière incombe à cette entreprise.
  • Elle a placé la responsabilité du contenu là où elle doit être : elle a affirmé que le respect des différents types de lois qui réglementent le contenu appartient à celui qui produit le contenu et non à celui qui l’héberge.

L’histoire de la responsabilité des intermédiaires est aussi importante que l’évolution du droit au fil des ans. Aux premiers balbutiements d’Internet, la tendance était la suivante : moins il y a de réglementation, mieux c’est. Cependant, en 1995, il est apparu que nous nous dirigions vers un environnement Internet où soitles discours des utilisateurs seraient fortement censurés, soit les entreprises fonctionneraient dans un cadre de responsabilité imprévisible. La règle historique qui est apparue dans le cadre de cette énigme juridique est résumée dans une simple mais profonde réflexion : les utilisateurs devaient pouvoir mettre ce qu’ils veulent sur Internet et les entreprises qui hébergent leurs discours devaient pouvoir supprimer ce qu’elles n’aiment pas.

La responsabilité des intermédiaires a une longue histoire de respect de la diversité des sociétés Internet et de définition des attentes concernant leurs rôles et responsabilités ; ce faisant, la loi reflète une grande partie de la nature d’Internet. C’est l’une des premières lois, sinon la première, qui a reconnu une grande partie des premières décisions en matière de conception de l’Internet, en particulier le fait que la fonction du noyau est muette et que, par conséquent, les fournisseurs d’infrastructure (ISP, IXP, CDN, registres de noms de domaine, bureaux d’enregistrement de noms de domaine, etc.) ne sont pas destinés à contrôler le contenu. Cette compréhension est devenue le catalyseur d’une vague massive d’entreprises et de modèles commerciaux innovants. En fait, des études ont montré que l’affaiblissement de la protection de la responsabilité des intermédiaires est préjudiciable à la prospérité et à la croissance économique.

Cependant, bon nombre de points ont changé depuis 1995. Les entreprises Internet d’aujourd’hui sont plus grandes, elles exercent davantage d’activités et offrent davantage de services. L’internet lui-même a également changé. Ce n’est plus une technologie séparée par des couches discernables, mais un réseau de dépendances avec un nombre croissant d’acteurs, anciens et nouveaux. En dépit de tant de changements, l’importance de la protection de la responsabilité des intermédiaires n’a pas diminué.

L’intérêt du régime de responsabilité des intermédiaires réside dans sa fonction d’outil fonctionnel dans un système en réseau. Cela se fait principalement de deux façons : d’abord en déterminant le champ d’action et/ou l’inaction qu’une société Internet est censée prendre lorsqu’elle réglemente une faute (la fonction de comportement) ; et deuxièmement, en permettant l’application de normes de responsabilité différentes selon l’endroit où une entreprise opère dans la pile Internet (la fonction normative). Ainsi, bien que nous considérions Facebook, Google et Amazon comme des exemples de réussite en matière de responsabilité des intermédiaires, nous avons tendance à sous-estimer ce que signifie la responsabilité des intermédiaires pour les fournisseurs d’infrastructures Internet.

L’internet est un système complexe et les premières décisions en matière de conception ont déterminé les limites de la capacité des intermédiaires à contrôler les informations, les services et les applications. L’architecture est une caractéristique essentielle de l’évolution, de l’innovation et des faibles coûts d’entrée de l’internet. Si les caractéristiques de l’internet – interopérabilité, générativité, bout en bout, entre autres – doivent être préservées, alors tout cadre de responsabilité des intermédiaires doit refléter l’architecture plutôt que d’interférer avec elle. Cela signifie qu’un régime de responsabilité des intermédiaires doit être “conscient de la technologie”, c’est-à-dire qu’il doit saisir pleinement l’architecture de l’internet, et “neutre sur le plan technologique”, c’est-à-dire qu’il ne doit pas exiger une technologie spéciale pour le respect de ses règles.

En quoi cela est-il important pour l’avenir de l’internet ? Pour que les caractéristiques essentielles de l’internet restent intactes, toute modification éventuelle du régime de responsabilité des intermédiaires doit continuer à offrir le même niveau de protection que le droit initial accordé aux fournisseurs d’infrastructures. Les fournisseurs d’infrastructures, qui se contentent de fournir un service technique de transfert et/ou d’hébergement de données et qui s’attendent à être traités comme des conduits muets, savent qu’il n’est pas de leur ressort de devoir détecter ou bloquer des contenus répréhensibles et/ou illégaux.

La manière dont les gouvernements décideront de traiter la question de la responsabilité des intermédiaires dans un avenir proche est cruciale pour les utilisateurs et pour l’Internet Il existe de nombreuses possibilités d’y parvenir et de se tromper. La bonne voie implique des choix conscients qui respectent les limites, la portée, la diversité et les capacités fonctionnelles des intermédiaires. Cela signifie que l’ampleur des limitations pour les fournisseurs d’infrastructures, inscrites dans le cadre normatif et législatif de la loi d’origine, ne doit pas changer.

Découvrez-en plus sur le mode de fonctionnement du réseau Internet.

‹ Retour

Avertissement: Les points de vue exprimées dans cette publication appartiennent à l’auteur et peuvent ou non refléter les positions officielles de l’Internet Society.

Articles associés

Faire de la politique avec l'article 230 affaiblit Internet
Faire de la politique avec l'article 230 affaiblit Internet
Mode de fonctionnement du réseau Internet29 mai 2020

Faire de la politique avec l’article 230 affaiblit Internet

Cet article a été initialement publié dans The Hill. Jeudi, le président des États-Unis a signé un décret qui vise...

Rendre les intermédiaires responsables des contenus cryptés compromet la confiance et la sécurité
Rendre les intermédiaires responsables des contenus cryptés compromet la confiance et la sécurité
Cryptage4 juin 2020

Rendre les intermédiaires responsables des contenus cryptés compromet la confiance et la sécurité

En décembre 2018, le ministère indien de l'électronique et des technologies de l'information (MeitY) a proposé une modification importante de...

Un cryptage fort est essentiel à une bonne sécurité - Les règles d'intermédiation proposées par l'Inde le mettent en danger
Un cryptage fort est essentiel à une bonne sécurité - Les règles d'intermédiation proposées par l'Inde le mettent en danger
Cryptage9 janvier 2020

Un cryptage fort est essentiel à une bonne sécurité – Les règles d’intermédiation proposées par l’Inde le mettent en danger

Des experts en sécurité et en cryptage du monde entier demandent au ministère indien de l'Électronique et des Technologies de...

Rejoignez la conversation avec les membres de Internet Society à travers le monde