Troisième journée à l’AfPIF : participation record des femmes Thumbnail
‹ Retour
Développer l'Internet 22 août 2019

Troisième journée à l’AfPIF : participation record des femmes

Betel Hailu
Par Betel HailuManager, Organization Members Engagement

Cette année, le forum africain sur le peering et l’interconnexion (AfPIF 2019) a connu une participation féminine record. En effet, 97 femmes ont pris part aux travaux. Il s’agit du chiffre le plus élevé jamais enregistré. Celui-ci est le fruit des efforts déployés par les organisateurs et les sponsors pour promouvoir la diversité.

Des bourses ont été octroyées au cours des trois dernières éditions, ciblant principalement les femmes ingénieures et allouées par des organisations telles que Workonline, Google, LINX, et Akamai. Toujours dans le cadre de l’AfPIF, les participants ont discuté de la question d’une plus grande inclusion des femmes lors d’un déjeuner de travail.

Au moment où le rideau se baisse sur la dixième édition de l’AfPIF, l’avenir semble prometteur lorsqu’on considère l’effectif des participants : 367 hommes et femmes provenant de 59 pays, dont 202 d’Afrique, 36 d’Europe , 16 d’Amérique et 13 d’Asie.

La première séance de la journée était consacrée à la revue des challenges des dix dernières années, l’identification des opportunités de progrès et la revue des actions que nous devons tous prendre pour garantir la croissance de notre activité et une meilleure connectivité dans la région.

L’un des points relevés est la mutation actuelle du traditionnel modèle des télécommunications et la nécessité pour les entreprises de s’arrimer à cette nouvelle donne pour rester pertinentes. Seacom, par exemple, explore d’autres opportunités commerciales, compte tenu de la chute de la demande en infrastructures traditionnelles et du développement du contenu local. Cette situation a entrainé l’émergence de FAI capables de survivre en grande partie sans recourir au transit IP.

« L’idée qui voudrait que tout le monde ait besoin du transit à Londres ne tient plus. En Afrique du Sud, il est maintenant possible pour un FAI local de survivre en se focalisant sur 90 % du trafic local, ce qui signifie que les FAI n’ont peut-être plus besoin de transit IP, comparé à d’autres parties du continent. Cela rend les ventes plus difficiles en Afrique du Sud, mais des opportunités de croissance sont présentes dans des pays qui ne sont pas encore ouverts », a déclaré Mark Tinka, responsable de l’ingénierie IP chez Seacom.

Le panel a bien précisé que l’écosystème est constitué de relations complexes et que la collaboration de toutes le parties est nécessaire à son développement. Il existe une corrélation directe entre la croissance du contenu et la croissance de l’espace des centres de données. Dans d’autres parties du monde, il est plus facile d’effectuer des projections, tandis qu’en Afrique il est beaucoup plus difficile de prédire la croissance.

Au départ, pour Teraco, le but était d’avoir plus d’espace, d’expliquer aux gens les avantages de la colocalisation et d’avoir plus de connexions. La virtualisation signifie que l’on peut faire plus avec des espaces plus réduits. Le défi désormais est de continuer à innover et d’évoluer. En effet, de plus en plus de sociétés envisagent d’acquérir des ports 10G, ce qui était inouï il y a 10 ans.

Il y a dix ans, le défi d’Akamai était de savoir comment pénétrer plus de marchés, établir des relations et résoudre les problèmes réglementaires complexes que l’on rencontre dans différents pays. Aujourd’hui, le Réseau de distribution du contenu (CDN) figure parmi les principaux fournisseurs de services dans 26 pays, s’appuyant sur les leçons apprises pour pénétrer sur plus de marchés.

Pour Google, le défi demeure l’accès. Comment rendre la connectivité accessible à un plus grand nombre de personnes ? Les smartphones sont désormais abordables. mais le prix de la bande passante doit être plus accessible si l’on souhaite qu’elle soit utilisée par un plus grand nombre de personnes. Le coût d’acquisition de l’équipement du dernier kilomètre doit être plus abordable pour permettre aux réseaux d’offrir à leur tour une connectivité plus abordable, que ce soit par réseau radio ou fibre.

La question des autorisations d’exploitation à soumettre aux autorités nationales, locales ou en charge de l’aviation, reste un problème majeur pour de nombreuses entreprises. Que ce soit à propos du coût ou du temps nécessaire à l’obtention de l’autorisation, il était clair qu’un dialogue plus approfondi est nécessaire pour rendre le processus plus fluide.

La session de l’après-midi a porté sur la sécurité liée au routage, qui est désormais la priorité absolue, en raison du nombre élevé d’incidents de sécurité liés au routage. Récemment, un certain nombre d’incidents de sécurité liés au routage ont provoqué une panne mondiale qui a affecté les grands fournisseurs de contenu tels que Cloudflare. L’un des incidents de sécurité le plus répandu, lié au routage, est le détournement de préfixe. Cet incident se produit lorsqu’un réseau diffuse ou annonce, accidentellement ou non, des informations de routage d’adresse IP (Internet Protocol) appartenant à un autre réseau. Les utilisateurs Internet qui essaient de se connecter au réseau d’origine possédant les adresses IP sont redirigés vers un autre réseau (le mauvais).

Les panélistes des séances axées sur la sécurité ont présenté divers techniques et outils que les FAI et les IXP peuvent mettre en œuvre pour réduire les conséquences liées aux incidents de détournement d’adresses IP. Les réseaux ont été invités à mettre en œuvre la RPKI pour renforcer l’intégrité du système mondial d’informations sur les adresses de routage. La RPKI permet aux réseaux de valider la source des informations de routage provenant d’autres réseaux. La validation permet de s’assurer que les sources non valides sont correctement signalées et qu’elles ne sont pas propagées à d’autres réseaux au niveau mondial. Cloudflare a montré comment un incident de détournement de route récent, qui touchait de nombreux réseaux du monde entier à l’accès à leurs services, n’ a pas affecté les réseaux qui avaient implémenté la RPKI.

Les réseaux ont également été encouragés à se joindre à l’initiative MANRS (Normes sur la sécurité du routage convenues d’un commun accord) et à mettre en œuvre ses actions afin d’atténuer la récurrence d’incidents de sécurité liés au routage de ce type à l’avenir.

L’édition 2020 de l’AfPIF se tiendra à Kigali, au Rwanda.

‹ Retour

Avertissement: Les points de vue exprimées dans cette publication appartiennent à l’auteur et peuvent ou non refléter les positions officielles de l’Internet Society.

Articles associés

Développer l'Internet 15 juin 2021

Stratégies réussies pour la création et la croissance des IXP

Comment le peering a-t-il évolué en Asie-Pacifique pour permettre aux gens de bénéficier d'une connectivité plus rapide, abordable et...

Développer l'infrastructure et les communautés techniques 10 juin 2021

Soutenir les IXP en Asie-Pacifique : Nouveau partenariat avec l’Asia Pacific Internet Exchange Association

L'Internet Society et l'Asia Pacific Internet Exchange Association (APIX) s'engagent à travailler ensemble pour soutenir les communautés qui construisent...

Développer l'Internet 3 juin 2021

Coup de projecteur sur le Kenya Education Network, un défenseur de la communauté de peering en Afrique

Le Kenya Education Network (KENET) soutient les communautés qui développent l’infrastructure Internet au Kenya. En collaboration avec l’Internet Society,...

Rejoignez la conversation avec les membres de Internet Society à travers le monde