Un premier pas essentiel pour la sécurité de l’IdO au Sénégal Thumbnail
‹ Retour
Internet des objets (IdO) 30 novembre 2018

Un premier pas essentiel pour la sécurité de l’IdO au Sénégal

April Froncek
Par April FroncekSenior Editor, Content
Verengai Mabika
Verengai MabikaSenior Policy Advisor - Africa

Alors que les barrières à l’entrée commencent à tomber, l’industrie de l’Internet des objets (IdO) pourrait donner à l’Afrique l’occasion de bâtir un avenir économique plus prometteur.

Plusieurs pays mettent déjà en place des pôles technologiques qui pourraient fournir l’infrastructure nécessaire pour alimenter l’IdO, et bien qu’il y ait toujours un large fossé entre les nantis et les démunis en matière d’accès à Internet, avec plus de 60 % de l’Afrique toujours hors ligne, il est facile d’argumenter en faveur de la connectivité.

L’urbanisation massive est à la hausse, et investir dans l’infrastructure permettant d’alimenter les futures villes intelligentes et de connecter davantage d’Africains aux opportunités offertes par Internet est une progression logique. Mais il est également important de mettre en place une sécurité capable de soutenir cette nouvelle économie prometteuse.

Malheureusement, de nombreux dispositifs sont mis sur le marché à la hâte sans trop se soucier des protections de base en matière de sécurité et de confidentialité. Dans un monde rempli d’objets nouvellement connectés, les consommateurs ont du mal à suivre et à savoir si les fabricants protègent leur vie privée et leur sécurité.

Pour y remédier, le Sénégal a fait un premier pas décisif. Il a signé un protocole d’accord avec l’Internet Society pour renforcer la sécurité de l’IdO. Ensemble, ils élaboreront un cadre de sécurité de l’IdO pour le Sénégal en utilisant le processus de gouvernance collaborative multipartite, un processus responsable, durable et efficace.

Il s’agit d’un moment marquant pour le Sénégal, qui est l’un des premiers pays africains à défendre le processus multipartite pour s’attaquer aux problèmes émergents liés à l’Internet des objets.

Le protocole d’accord, signé par le ministre sénégalais des Télécommunications et de l’Économie numérique, S.E. Abdoulaye Bibi Baldé, et le président-directeur général de l’Internet Society, Andrew Sullivan, définit une stratégie commune visant à développer et à promouvoir la numérisation du Sénégal et son rôle dans la révolution de l’IdO, sur la base des principes de sécurité et de confiance. Il met l’accent sur une coopération étroite et le partage des bonnes pratiques, en s’engageant à renforcer la coopération tout en respectant les forces de chacun. Il facilite également la coordination des ressources et des compétences des partenaires au Sénégal et établit un réseau d’alliés réactif et cohérent.

Comme c’est le cas pour l’Internet lui-même, l’évolution constante qui caractérise l’IdO fait que de nouvelles capacités et des faiblesses de sécurité sont découvertes chaque jour. Pour préserver l’avenir d’Internet et de ses citoyens, nous devons rester au fait des menaces potentielles que l’IdO représente pour la sécurité. Nous pouvons commencer par utiliser des mots de passe forts, tenir nos appareils à jour et appliquer d’autres pratiques recommandées. Et nous pouvons aussi exiger des fabricants qu’ils fassent leur part.

Nous sommes tous responsables de notre bien-être numérique. Les fabricants d’IdO, les fournisseurs de services IdO, les utilisateurs, les organismes d’élaboration de normes, les décideurs et les régulateurs doivent prendre des mesures pour se protéger des menaces pesant sur notre sécurité et notre vie privée, ainsi que sur l’infrastructure Internet. Le cadre de confiance de l’IdO décrit certaines des mesures à prendre.

Le Sénégal peut servir de modèle aux autres pays africains pour l’adoption d’initiatives de sécurité significatives et du processus multipartite sur tout le continent, dans le but de sécuriser l’IdO.

Lisez Pourquoi l’approche multipartite est efficace et exigez que votre voix soit prise en compte pour un IdO sécurisé !

‹ Retour

Avertissement: Les points de vue exprimées dans cette publication appartiennent à l’auteur et peuvent ou non refléter les positions officielles de l’Internet Society.

Articles associés

10 mars 2021

L’Internet Society rejoint les principaux défenseurs de l’Internet pour appeler les FAI à respecter les mesures de base de protection de la vie privée des utilisateurs.

Mozilla, l'Electronic Frontier Foundation et l'Internet Society demandent à AT&T, T-Mobile et Verizon de s'engager à limiter la collecte...

Renforcer l'Internet 22 février 2021

Les meilleurs et les plus brillants experts en matière de sécurité et de protection de la vie privée se réunissent en ligne à l’occasion du NDSS 2021

Le 28ᵉ symposium consécutif sur la sécurité des réseaux et des systèmes distribués (NDSS 2021) débute aujourd’hui. La NDSS...

Confidentialité 14 janvier 2020

Coup de projecteur sur les pratiques du gouvernement fédéral américain en matière de sécurité et de protection des renseignements personnels

En avril 2019, l’Online Trust Alliance de l’Internet Society a publié son 10e audit annuel sur la confiance en...

Rejoignez la conversation avec les membres de Internet Society à travers le monde